Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Le pigeon migrateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kali
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 12:16



Le pigeon migrateur ou colombe voyageuse ou tourte (Ectopistes migratorius) était une espèce d'oiseau, aujourd'hui éteinte. Peut-être a-t-il été, à un moment donné, l’oiseau le plus abondant sur terre, et au début du XIXe siècle d’immenses vols de cette espèce assombrissaient les cieux américains. Pourtant, en l’espace de cent ans, ses énormes populations déclinèrent jusqu’à ne plus compter qu’une poignée d’individus. Le tout dernier d’entre eux, une femelle, baptisée Martha, meurt dans sa cage au zoo de Cincinnati le 1er septembre 1914 à une heure de l’après-midi. Sa description en a été donnée par le zoologiste Albert Hazen Wright (1871-1970) la même année.


Les premières descriptions

Les premières descriptions de vols compacts de pigeons migrateurs sont saisissantes. En 1759, Pehr Kalm (1716-1779) écrivait :

« Au printemps 1749, venant du nord, il arriva en Pennsylvanie et au New Jersey un nombre incroyable de ces pigeons. La nuée qu’ils formaient en vol s’étendait sur une longueur de 3 à 4 miles et une largeur de plus d’un mile, et ils volaient si serrés que le ciel et le soleil en étaient obscurcis, la lumière du jour diminuant sensiblement sous leur ombre. »

« Sur une distance pouvant aller jusqu’à 7 miles, les grands arbres aussi bien que les petits en étaient tellement envahis qu’il était difficile de trouver une branche qui n’en était pas couverte. Quand ils s’abattaient sur les arbres, leur poids était si élevé que non seulement des grosses branches étaient brisées net, mais que les arbres les moins solidement enracinés basculaient sous la charge. Le sol sous les arbres où ils avaient passé la nuit était totalement couvert de leurs fientes, amassées en gros tas. »

Vers 1810, Alexander Wilson (1766-1813) estimait qu’un seul vol comprenait plus de deux milliards d’oiseaux (2 230 272 000) et en 1871 encore, une concentration de 136 millions de pigeons nichait sur un territoire de 2 200 km² au Wisconsin.

Dans les années 1830, John James Audubon (1785-1851) rédigea son célèbre récit :

« Le ciel était littéralement rempli de pigeons, la lumière de midi était obscurcie comme par une éclipse ; les fientes pleuvaient comme des flocons de neige fondante. Les pigeons continuèrent à passer en nombres toujours aussi importants durant trois jours consécutifs. »


Consommation des tourtes

Au Québec par exemple, un pâté dénommé « tourtière » était un plat cuisiné avec cet oiseau. Aujourd'hui on le fait avec du gibier ou du bœuf haché.


Une espèce vulnérable

Ces vols énormes et spectaculaires rendaient le pigeon migrateur particulièrement vulnérable. Il était très facile de tirer les oiseaux : il suffisait de pointer un fusil vers le ciel et de presser la gâchette de manière répétée. On organisait des compétitions de chasse et on sait que pour l’une d’elles, un tableau de chasse supérieur à 30 000 oiseaux était nécessaire pour prétendre à un prix. On ne s’étonnera pas dès lors que l’effectif du Pigeon migrateur commença à s’effondrer. L’année 1878 fut la dernière à fournir un beau tableau de chasse de cet oiseau infortuné.

Pourtant, il n’est pas possible de massacrer une espèce aussi abondante jusqu’à la faire disparaître. Il semble que s’y sont ajoutés d’autres facteurs, ceux-ci s’articulant autour de la nécessité qu’avait l’espèce d’opérer en troupes aussi imposantes. Les oiseaux avaient des déplacements erratiques, à la recherche de riches fructifications de faines, glands et noisettes, et quand un site exceptionnellement bon était localisé, les oiseaux étaient attirés en quantités énormes. Mais les bonnes fainées et glandées étaient irrégulières dans le temps et dans l’espace ; selon l’espèce, les meilleures récoltes ne se produisaient que tous les 2 à 5 ans. Il y avait une certaine production de faines chaque année, mais en des zones dispersées qu’il fallait localiser.

Se combinant à cela, on tua tant de milliers de pigeons que leurs capacités de détection s’amoindrirent, rendant de plus en plus difficile la localisation de sources d’alimentation adéquates. En effet, la localisation des zones à faines requérait de nombreuses paires d’yeux, et les grands vols avec leurs nombreux éclaireurs étaient plus aptes à découvrir les bons endroits. Une fois que les effectifs furent passés sous un certain seuil, et même si ce seuil était incroyablement élevé, le Pigeon migrateur était condamné en tant qu’espèce. C’était clairement une créature qui ne pouvait survivre qu’en nombres énormes. Le seuil critique était peut-être d’un million d’individus, peut-être de vingt millions, nous ne le saurons jamais. Mais à un moment donné, vers le milieu du XIXe siècle, ce seuil fut franchi et dès cet instant l’espèce fut précipitée vers l’extinction. Le déclin devint apparent durant les années 1870. Au début de cette décennie les vols semblaient en aussi bonne santé qu’auparavant, mais au terme de cette période les rangs étaient notablement éclaircis, et à la fin du siècle l’espèce avait disparu à l’état sauvage, seuls quelques individus survivant en captivité. Il semble que le déclin fut aussi accéléré par une épizootie de la maladie de Newcastle, un paramyxovirus qui s’attaque à l’appareil digestif et au système nerveux, et qui est connu pour affecter la volaille domestique aussi bien que de nombreuses espèces d’oiseaux sauvages.


Une écologie différente

Le Pigeon migrateur était assez différent de la plupart des autres pigeons. Son corps aérodynamique était joliment dessiné, avec une petite tête et les ailes et la queue longues et pointues. Cette silhouette permettait à l’oiseau de voler vite et avec agilité. Lors de ses acrobaties aériennes, son beau plumage délicatement marqué devait resplendir dans le soleil. Évidemment, des effectifs aussi importants devaient avoir un sérieux impact sur la végétation. Les oiseaux consommaient des fruits secs de toutes sortes, ainsi que des fruits charnus, des graines, des insectes et d’autres invertébrés.

Ils nichaient en immenses colonies, celles-ci s’étendant parfois sur des kilomètres. On en a trouvé de 65 km et on estime que la norme était de 16 km sur 5 km. Le nid, léger et peu solide, était composé de brindilles et accueillait un œuf blanc. Le pic de nidification se situait en avril et mai, la saison des nids s’étendant de mars à septembre. Les deux parents participaient à la couvaison, et les adultes prenaient soin de leur unique poussin jusqu’à ce qu’il ait deux semaines. Alors, brusquement, les parents s’en allaient, abandonnant dans son nid le juvénile bien dodu. Après avoir appelé en vain un certain temps, le jeune se laissait tomber au sol et deux ou trois jours plus tard il prenait son envol et partait à son tour.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 51
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 12:54

Donc sa disparition est du en partie à l'homme et à une maladie ?

C'est un peu ce qui se passe avec nos pigeons des villes. Le fait que quelques personnes aient décidé qu'il y en avait trop, ils les piègent dans des filets et qui sait réellement comment ils les exterminent 1
Et dans quelques temps on dira scratch à quand remonte la dernière fois ou j'ai vu un pigeon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Kali
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:14

on pense que beaucoup de villes les font exploser dans des caissons, une histoire d'air comprimé je crois, j'ai lu des articles là-dessus, mais l'explication était assez complexe, moi je n'ai retenu que le mot "explosé"...
Alors qu'il y a la solution des pigeonniers et des graines contraceptives...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:17

D'ailleurs on chiffre l'extermination à plusieurs millions par an, certaines personnes assez callées sur le sujet disent qu'à ce rythme-là, il ne faudra pas plus de quelques années pour que l'espèce soit en danger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 51
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:24

1 je sais qu'ici à marseille en tout cas, ils ne veulent rien dévoiler de la façon dont ils les exterminent 1 . Une dame à qui j'ai parlé, me disais qu'elle avait assisté à un piégeage de pigeons par les filets sur une place publique, et qu'elle avait voulu connaitre le sort de ces pigeons, mais rien à faire 1 ils ont refusé de le lui dire 1 .
Je suis d'accord aussi qu'il serait beaucoup plus simple et surtout beaucoup moins cruel de les stériliser avec des graines. Mais à mon avis cela doit revenir beaucoup trop cher 1 et ils préfèrent se faire des banquets, séminaires avec l'argent qu'on leur donne :colere3:

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 51
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:25

Kali3018 a écrit:
D'ailleurs on chiffre l'extermination à plusieurs millions par an, certaines personnes assez callées sur le sujet disent qu'à ce rythme-là, il ne faudra pas plus de quelques années pour que l'espèce soit en danger...

c'est bien ce qu'il me semble 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Pandora
loup de platine
loup de platine
avatar

Féminin Nombre de messages : 2562
Age : 41
Localisation : Marseille
Humeur : Soupe au lait,étourdie mais fidèle malgré les apparences
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:28

Je ne savais même pas que les grandes villes les exterminaient. C'est atroce,ils ne dérangent personne 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 51
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Jeu 28 Fév - 13:33

Oui pandora !! c'est même monnaie courante 1 ça beau n'être que des pigeons ( ça c'est pas moi qui le dit.......c'est les c***) ils ne méritent pas ça :triste6:



j'ai trouvé ça d'ailleurs : MOYENS BARBARES !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
LOBO



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 10/01/2010

MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   Sam 16 Jan - 1:36

De veritatables nuages de pigeons migrateurs , il y a 2 siecles et aujourd'hui plus rien ! voyez ce que les humains peuvent causer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pigeon migrateur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pigeon migrateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reconstitution réussie de l'ADN nucléaire d'une espèce disparue, le Pigeon migrateur.
» Le pigeon migrateur / ETATS-UNIS
» vend des pigeon queue de paon indiens
» jeune pigeon biset (?) tombé du nid
» [Décédé] bébé pigeon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Animaux disparus :: Animaux aériens-
Sauter vers: