Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 L'Orque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: L'Orque   Lun 5 Jan - 13:18

Baptisé aussi épaulard ou « Baleine tueuse », l’Orque (Orcinus orca) est le plus grand de tous les dauphins.
Cet impitoyable prédateur qui allie sauvagerie et beauté suscite autant d’émerveillement que d’effroi.
Il est à noter que les dictionnaires attribuent le genre féminin au mot orque bien que l'usage du masculin soit assez répandu. Par contre, l'appellation "épaulard" est devenue obsolète.

Le 16 juillet 1964 marque un changement radical dans nos rapports avec les orques.
Ce jour là, un orque est harponné au Nord de la côte canadienne. Le but est qu’il serve de modèle pour une sculpture que l’on veut ériger à l’aquarium de Vancouver.

L’orque survit à sa capture. Après 55 jours de jeun, il accepte enfin de se nourrir. Il engouffre 100 Kg de poissons par jour.
Cet orque devient la coqueluche du public. Tout le monde accourt pour voir de près cet inattendu pensionnaire. Les enfants le surnomment Mobidole.
Malheureusement, Mobidole meurt un mois après.
Pourtant, cet épisode tragique marque le début d’études sérieuses sur celui que l’on surnommait jusqu’à présent « la baleine tueuse ».
Et en 40 ans d’études, ce prétendu tueur sanguinaire s’est révélé être un animal particulièrement sensible et intelligent.


Portrait de l’orque.


L’orque fait parti de l’ordre des cétacés et de la famille des delphinidés.
Un mâle peut atteindre 9 m de long pour un poids de 8 à 9 tonnes.Les femelles n'atteignent que 7 m et pèsent 4 tonnes.
Malgré ses proportions imposantes, l’orque est très agile et peu de mammifères marins peuvent lui échapper.



Il peut atteindre une vitesse de pointe de 45 Km/h.
C’est un joueur qui adore exécuter des figures acrobatiques au-dessus des vagues.
C’est un spectacle impressionnant que de voir cette masse surgir subitement à la verticale et retomber dans un fracas assourdissant.
Toutes les parties de son corps sont utilisées pour « jouer » et « communiquer ».
Il aime particulièrement dresser sa queue hors de l’eau et la faire osciller de droite à gauche.

On distingue le mâle de la femelle grâce à la grande nageoire dorsale triangulaire.
Si de nombreuses troupes d’orques sont grégaires, d’autres par contre, sont des transhumants.
Ces troupes de migrateurs ont d’ailleurs un comportement très différent.
Elles sillonnent les océans dans le plus grand silence. En 3 mois, elles peuvent faire plus de 1 000 km. Ce sont des individus plus téméraires qui n’hésitent pas à s’attaquer aux baleines et grands mammifères marins.
En liberté, un mâle vit en moyenne 29 ans et une femelle 50 ans. Certains orques atteignent l'âge honorable de 80 ans.



Une communication complexe.

L’orque possède un langage très subtil qui est loin d’avoir révélé tous ses secrets. Il dispose pour cela d’un sonar situé dans la partie proéminente de son front appelé Melon.
On a constaté que chaque troupe possède son propre langage. Il est composé d’une douzaine de sons de base et d’un vaste répertoire de modulations.
On peut identifier chaque famille grâce à ses sons dont les modulations sont uniques.
Les familles semblent se transmettre ce langage de générations en générations.

Même si l’on n'en connaît pas la signification, il est évident que chaque fois qu’un orque assène de vigoureuses claques sur l’eau avec ses nageoires pectorales, le bruit émit a une signification précise.
Sa puissance est telle que le bruit se répercute à plusieurs kilomètres.

La solidarité avant tout. Reproduction.

Les orques vivent en groupe de 5 à plus de 100 individus. Très uni, chaque clan représente une famille qui communique en permanence.
On a observé une entre aide peu commune dans le monde animal.
Quand un orque est en difficulté, les autres viennent le secourir. Ils l’aident à remonter à la surface et le soutiennent.
Lorsqu’une mère est sur le point de mettre son petit au monde, une autre femelle vient l’assister. Elle aide à porter le nouveau-né jusqu’à la surface pour qu’il puisse respirer.



Une femelle ne met au monde qu’un seul petit environ tous les 3 ans. La gestation est de 16 à 17 mois et la lactation dure au minimum un an. Elles ont leur premier-né vers 15 ans et mettent au monde des petits jusqu'à environ 30 ans. Les liens qui unissent mère et petits durent toute la vie.
Le mâle qui commence à se reproduire à partir de 12 ans accorde ses faveurs à plusieurs femelles.

Le bébé mesure 2 m à 2,50 m de long environ à la naissance pour 180 à 200 kg. Il n'a pas de lèvres donc ne peut pas téter tout seul. Sa mère doit contracter sa glande mammaire pour que le lait puisse gicler. Ce lait, très riche, nourrit le petit pendant 6 mois. Il ne quitte pas sa mère et apprend toutes les techniques de survie. Les jeunes restent toute leur vie dans le clan familial. Un jeune n'a que 60% de chance de survivre au delà de un an.


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: L'Orque   Lun 5 Jan - 13:33

Les techniques de chasse.

Les techniques de chasse dépendant de l’environnement et des proies éventuelles.
Pour chasser des bancs de poissons, le groupe s’éparpille tout en maintenant le contact par des cris ininterrompus. Ils rabattent ainsi le banc à un endroit bien précis.
Par contre, quand il s’agit de chasser des lions de mer ou des otaries, l’orque garde un silence total.
Il patrouille au bord du rivage puis dans une violente attaque s’échoue pratiquement sur le sable pour happer sa proie.

La chasse à la baleine démontre particulièrement l’intelligence de l’orque.
Cette chasse se fait en groupe. Il pourchasse tout d’abord un seul individu pour l’isoler et l’épuiser. Ensuite, une partie du clan immobilise la baleine en lui saisissant les nageoires tandis que les autres lui infligent des blessures mortelles à la tête.
La baleine est dévorée vivante.
Cette technique peut sembler particulièrement cruelle. Cependant, on a observé que certains clans se précipitent sur la tête du cétacé pour bloquer l’évent et l’étouffer en le noyant.
Cela démontre que les orques ont parfaitement assimilé les besoins respiratoires de la baleine.



La chasse occupe une place importante dans la vie des orques, sédentaires ou nomades (environ 60% du temps). La chasse est un véritable spectacle à voir même si parfois, il est cruel... L'orque est le seul cétacé à chasser des proies à sang chaud. Le groupe entier coopère à la chasse. C'est le secret de la réussite: une très bonne coopération pour un excellent résultat. La chasse est différente suivant le type de "proie"...


Il est important de noter qu’aucun orque n’a jamais attaqué un homme.

Les orques en captivité. :triste6:

Qui n’a pas déjà assisté à l’un de ces spectacles ou l’on voit des orques bondir hors de l’eau et faire des figures acrobatiques ?
Un orque n’est pas un chien que l’on dresse en lui promettant une friandise s’il se montre obéissant.
Ce sont les orques eux-mêmes qui décident des figures et exercices. Aucun orque n’acceptera de participer à un spectacle s’il n’aime pas son dresseur.
C’est une condition essentielle. Tout le travail effectué entre le dresseur et l’orque se base sur ces relations « d’amour ».
De plus, un orque a besoin d’inattendu. Les exercices doivent être modifiés en permanence.

C’est le 26 septembre 1985 qu’un événement exceptionnel s’est produit dans un aquarium. Jusqu’à cette date, aucune femelle n’avait accepté de s’occuper de son petit né en captivité. Les jeunes mourraient, faute de soins maternels.
Mais, les dresseurs ont eu une idée de génie. Pendant toute la grossesse, ils ont entraîné la femelle a montré ses mamelles comme elle le fait en liberté pour allaiter son petit.
Le jeune, surnommé Chameau, a pu ainsi survivre. Un an après sa naissance, il participait déjà au spectacle en compagnie de sa mère. Il est toujours la coqueluche des animations.
Cette aventure, même si elle s’est bien terminée, démontre une fois de plus que l’homme, malgré son sentiment de supériorité, ne pourra jamais prétendre reconstituer artificiellement un environnement.
Le monde animal reste trop méconnu et nous ne pouvons prévoir les réactions d’animaux qui démontrent bien souvent un comportement aussi complexe que le nôtre.

Ange et démon.

Doux et affectueux en captivité, l’orque n’en est pas moins un tueur implacable en liberté. Il règne sans conteste sur tous les océans du globe.
Sa puissance et son intelligence en font le roi des mers.
Pendant des siècles, il a été considéré comme une menace et chassé. Notre ignorance avait transformé ce simple prédateur en machine à tuer à l’exemple du Grand requin blanc.
Ange ou démon ? Sans doute un peu des deux à l’image de l’être humain capable du meilleur comme du pire.



_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: L'Orque   Lun 5 Jan - 13:48

Orques en danger sur la côte nord-ouest des Etats-Unis !

La population d'orques subit un taux de mortalité anormal dans le bras de mer du détroit de Puget, près de Seattle dans le nord-ouest des Etats-Unis. Pour tenter d'expliquer ce phénomène, des chercheurs ont étudié les excréments des cétacés et prélevé des échantillons de l'air expiré par les animaux.

Dans cette langue du Pacifique mordant dans l'Etat de Washington, sept orques ont manqué à l'appel cette année et sont présumés morts. "Nous perdons des animaux et nous ne comprenons pas exactement pourquoi", résume Brad Hanson, biologiste au département des pêches de l'Administration américaine océanique et météorologique (NOAA).

Une équipe de scientifiques de l'association Global Research & Rescue a navigué aux côtés des orques, utilisant des boîtes de Petri fixées sur de longues perches pour capter l'air expiré par les cétacés. Ces échantillons ont ensuite été étudiés, à la recherche d'éventuels organismes nocifs.

Par ailleurs, les chercheurs de l'université de Washington ont étudié les excréments des 83 orques de la colonie du détroit de Puget à la recherche des hormones et toxines produites par le stress. Ce faisant, ils ont décelé des signes laissant penser que les mammifères souffrent de la faim.

En effet, les chercheurs ont trouvé un lien entre la mortalité des orques et leur faible niveau d'hormone thyroïdienne. Il s'agit de résultats préliminaires, non publiés, mais Sam Wesser, le directeur du Centre de biologie de l'université de Washington, estime qu'ils démontrent un important problème nutritionnel.

En mangeant peu, les orques font diminuer leurs réserves de graisse, où les toxines sont stockées, explique Katherine Ayres, une étudiante travaillant sous la direction de Sam Wasser. Ces toxines pénètrent alors dans l'organisme des cétacés et provoquent des troubles de santé, selon elle.

D'autres études ont prouvé que les orques préfèrent se nourrir des saumons chinook, une espèce considérée comme menacée ou en danger dans plusieurs secteurs du nord-ouest des Etats-Unis, notamment dans le détroit de Puget et le fleuve Columbia.

Les scientifiques essaient de mieux comprendre en quoi les migrations du saumon sont importantes pour les orques. Après avoir recueilli des écailles de poisson et d'autres restes de nourriture laissés par les cétacés, les chercheurs alimentent une base de données génétiques, qui leur permet d'identifier les espèces de manière beaucoup plus précise qu'il y a quelques années.

Le Centre de recherche sur les cétacés de l'île de San Juan prévoit aussi de marquer la population d'orques, avec des puces repérables par satellite, pour suivre leur migration d'hiver l'an prochain. Alors que ces animaux sont étudiés depuis plus de 30 ans, l'endroit où ils vont et ce qu'ils mangent lorsqu'ils quittent le détroit de Puget reste un mystère.

D'autres théories imputent la diminution de la population d'orques à la pollution maritime due au pétrole ou aux eaux usées, ou encore aux bruits perturbateurs provoqués par les navires, qui les empêcheraient de localiser leur nourriture.

Les partisans de la protection des cétacés soulignent que la mortalité excessive des orques constitue un signal d'alarme pour le détroit de Puget, signifiant que l'ensemble du milieu vivant dans cette zone est déstabilisé. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/international/20090102.FAP6169/orques_en_danger_sur

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: L'Orque   Mar 6 Jan - 13:56

1 ils sont beaux, mais comme d'habitude il faut que l'homme vienne mettre son grain de sel partout... 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Staff



Masculin Nombre de messages : 15
Age : 61
Localisation : Bruxelles - Belgique
Date d'inscription : 04/09/2009

MessageSujet: Re: L'Orque   Ven 4 Sep - 19:38

Bonsoir,

Il est urgent d'interdire la capture de ces animaux.

CF. Sauvez Willy.

Celui-ci a du être euthanasié !

Triste histoire pour un animal sauvage.

Staff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.cpnbrabant.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Orque   Aujourd'hui à 12:41

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Orque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Russie capture une orque
» Une orque échoué en New Zealand
» [Photo] Qu''est-il arrivé a cette orque?
» L'orque du puget's sound en voie de disparition
» Image Sauvetage Orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Animaux sauvages :: Mammifères-
Sauter vers: