Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 L'éléphant de mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 8:43

Le plus long post de toute ma carrière sur foumfoum (c'est pas compliqué c'est la 1ère que j'aii droit au message me disant que c'est trop long, et ce plusieurs fois de suite même en le découpant.. C'est vous dire... vous êtes prévenus ! lol! mais j'ai mis des photos et des vidéos pour vous faire digérer ça Laughing )



L'éléphant de mer est le plus imposant représentant de la famille des phoques (Phocidae). Il doit son nom à la forme de trompe que prend le nez chez les mâles dominants.

Il existe 2 espèces d'éléphants de mer :

  • l'éléphant de mer du sud (Mirounga leonina) qui fréquente les mers australes subantarctiques (Patagonie, Îles Malouines, Kerguelen, Îles Crozet, Île Heard)

  • l'éléphant de mer du nord (Mirounga angustirostris) présent sur la côte pacifique nord-américaine (Alaska, Californie, Basse-Californie)



L'éléphant de mer du nord

C'est l'une des deux espèces d'éléphants de mer (genre Mirounga) existantes (l'autre étant l'éléphant de mer du sud). C'est un grand phoque qui tient son nom de sa taille imposante et surtout de la trompe (ou proboscis) qui se développe chez les mâles et qui leur sert à amplifier les rugissements et éructations qu'ils émettent lors des compétitions entre rivaux.

Le dimorphisme sexuel est important : les mâles dont la longueur peut atteindre cinq mètres sont bien plus gros que les femelles dont la taille moyenne est de trois mètres. Cette différence marquée est en relation avec un système de reproduction très polygame où un mâle dominant peut contrôler et féconder plus de 50 femelles en une saison.

Différence de taille entre le mâle et la femelle



Répartition

Les éléphants de mer du nord vivent à l'est de l'Océan Pacifique. Ils migrent vers le nord jusqu'en Alaska et viennent se reproduire, s'accoupler et muer en Californie ou en Basse-Californie, le plus souvent sur les îles côtières. Alors que le domaine océanique qu'ils fréquentent est immense, il n'existe que sept sites principaux de reproduction dont quatre sur les îles au large de la Californie. L'observation des colonies est autorisée sur deux sites californiens dont la Réserve d'État d'Año Nuevo. Les signalements dans le Golfe de Californie sont par ailleurs en augmentation.

Répartition de l'éléphant de mer du Nord



Evolution des populations

A partir du XVIIIe siècle, les éléphants de mer du nord ont été chassés intensément, jusqu'au bord de l'extinction à la fin du XIXe siècle. Ils étaient prisés pour l'huile que l'on obtenait en faisant fondre la couche de graisse hypodermique. A son plus faible effectif, l'espèce ne devait plus compter qu'entre 100 et 1 000 représentants.
Ayant trouvé refuge dans les eaux mexicaines, la dernière colonie survivante était celle de l'île Guadalupe, qui bénéficia de la protection légale du gouvernement mexicain. Depuis le début du XXe siècle, ce sont à la fois les lois mexicaines et américaines qui protègent l'espèce. En 1972, le Marine Mammal Protection Act aux Etats-Unis a renforcé cette protection. Grâce à ces mesures, la population mondiale est aujourd'hui remontée à plus de 100 000 individus.

Mais cette population actuelle, reconstituée sur une base de diversité génétique considérablement réduite, pourrait se montrer plus fragile aux épidémies ou aux pollutions. En Californie, le taux d'accroissement annuel s'établit toujours autour de 25%. Alors que de nouvelles colonies continuent à se constituer, elles risquent de se trouver prochainement confrontées à un problème d'espace disponible.
Le phénomène El Niño peut aussi affecter gravement la dynamique de population : c'est ainsi qu'on pense que les perturbations climatiques dues à El Niño en 1997-1998 ont pu causer la disparition d'environ 80% des nouveau-nés de cette saison.


Dernière édition par Kali3018 le Dim 3 Aoû - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 8:44

L'éléphant de mer du sud



L'éléphant de mer du sud (Mirounga leonina), ou éléphant de mer austral, est le plus grand des phoques. Il fréquente les mers australes, depuis l'Antarctique jusqu'au sud des autres continents, et se reproduit à terre sur les plages des îles sub-antarctiques. Les études de suivi par satellite ont révélé ses compétences extraordinaires de voyageur océanique et de plongeur.

Il fut chassé intensément au cours du XIXe siècle et dans une moindre mesure jusqu'au milieu du XXe siècle. Menacé alors d'extinction, les effectifs se sont aujourd'hui en partie reconstitués mais connaissent des fluctuations encore inexpliquées.


Description physique

Très proche parent de l'espèce nord-américaine, l'éléphant de mer du sud s'en distingue par un corps en moyenne plus massif et par un museau plus large.

Le dimorphisme sexuel est très marqué : les mâles adultes sont 3 à 4 fois plus gros que les femelles. Les plus grands individus peuvent peser près de 4 tonnes et mesurer plus de 6 mètres, mais en général les mâles ont un poids moyen d'environ 2 tonnes et une longueur de 4 mètres, contre 500 kg et 2,70 m en moyenne pour les femelles.

Les yeux sont grands, ronds et noirs. Cette grosseur des yeux et le fait qu'ils possèdent une forte concentration en pigments adaptés à la vision en faible luminosité, sembleraient indiquer que la vue joue un rôle important dans la capture des proies en profondeur.

Ils sont capables d'effectuer sur de courtes distances des déplacements rapides, afin de gagner la mer, de rattraper une femelle ou de chasser un intrus. Si l'intrus est un être humain, il est alors obligé de courir ce qui permet d'estimer que la vitesse de déplacement à terre peut atteindre 8 km/h.

Les éléphants de mer possèdent sous la peau une épaisse couche de gras qui les isole du froid dans l'eau et qui constitue aussi une réserve énergétique pour les longues traversées océaniques ou pour les périodes de jeûne à terre. L'importance des réserves de graisse varie grandement selon la saison et l'état physiologique de l'animal.
Elle peut servir à caractériser la suffisance des ressources alimentaires et influe sur la flottabilité d'un individu (gras il a tendance à remonter vers la surface, maigre il a tendance à couler). C'est cette couche de gras, dont l'épaisseur peut dépasser dix centimètres, qui faisait la convoitise des chasseurs phoquiers. Ils la faisaient fondre et la transformaient en huile.

Comme de nombreux autres membres de l'ordre des carnivores, les éléphants de mer ont des « moustaches » sensitives, les vibrisses. Celles-ci semblent leur permettre de percevoir les vibrations de l'eau, et par là même de se diriger dans des eaux sombres et à faible visibilité.


Population

La population mondiale serait d'environ 650 000 animaux. Les études de suivi des populations et de marquage ont démontré l'existence de trois sous-populations géographiques propres à chacun des trois océans.

La sous-population la plus importante est celle de l'Atlantique Sud avec plus de 400 000 individus dont environ 350 000 se reproduisent en Géorgie du Sud, les autres colonies de reproduction se situant aux îles Malouines, sur la Presqu'île de Valdès en Patagonie argentine, aux îles Sandwich, Orcades et Shetland du Sud, à l'île Bouvet et à l'île Gough (du groupe de Tristan da Cunha).

La deuxième sous-population, du sud de l'Océan Indien, compterait au maximum 200 000 individus dont les trois-quarts aux îles Kerguelen et le reste aux îles Crozet, Marion et Prince-Édouard, et Heard. Quelques individus se reproduisent aussi sur l'île Amsterdam.

La troisième sous-population, d'environ 75 000 individus, fréquente les îles sub-antarctiques de l'Océan Pacifique au sud de la Tasmanie et de la Nouvelle-Zélande, principalement l'île Macquarie.

Des colonies auraient par ailleurs existé autrefois en Tasmanie, à Sainte-Hélène et aux îles Juan Fernandez au large du Chili.

Il arrive parfois que des individus au moment de la mue remontent jusqu'au Brésil, en Afrique du Sud ou en Australie. On signale également de temps à autre des animaux égarés sur les côtes de l'île Maurice.

Après la fin des grandes chasses phoquières du XIXe siècle, les éléphants de mer du sud ont recouvré des effectifs importants dès les années 1950, puis on a assisté à un déclin régulier et inexpliqué des sous-populations de l'Océan Indien et de l'Océan Pacifique. Les effectifs semblent aujourd'hui stabilisés sans qu'on ait encore compris les raisons de cette fluctuation.
On a pu évoquer un phénomène de dépression suite à une remontée démographique trop rapide par rapport aux ressources vitales, une modification du climat, une compétition avec les autres espèces dont les effectifs remontaient également, voire une influence néfaste des techniques de suivi scientifique.


Performances de plongée et alimentation

La plongée


Les éléphants de mer passent la plus grande partie de leur existence sous l'eau.

Ils plongent sans cesse, à chaque fois pendant plus de vingt minutes, pour chasser leurs proies, calmars et poissons, entre 400 et 1000 m de profondeur. Les records de plongée ont été relevés à près de deux heures pour la durée et à plus de 1400 m pour la profondeur. Ils se reposent également en apnée en se laissant flotter entre deux eaux.

Par la durée, la profondeur et l'enchaînement des plongées, les éléphants de mer du sud (comme ceux du nord) sont les plus performants des phoques. À de nombreux points de vue, ils dépassent même la plupart des cétacés. Ces capacités hors normes résultent d'adaptations physiologiques, communes aux mammifères marins, mais particulièrement développées chez les éléphants de mer. La stratégie d'adaptation repose sur deux axes : augmenter le stockage d'oxygène, réduire sa consommation.

Ce ne sont guère les poumons qui assurent les réserves d'oxygène. De taille relativement modeste, ils sont d'ailleurs pendant les plongées vidés et comprimés, réduisant ainsi les effets nocifs des échanges gazeux sous pression notamment avec l'azote. L'oxygène est alors essentiellement stocké dans le sang où il est associé à l'hémoglobine des globules rouges, ainsi que de manière importante dans les muscles où il est retenu par la myoglobine.
Les éléphants de mer ont un volume sanguin rapporté à la masse corporelle 2,5 fois supérieur à celui de l'homme, une plus grande concentration en hématies, une plus grande concentration en hémoglobine dans les hématies.

La forme hydrodynamique du corps facilite la pénétration dans l'eau et pour plonger il suffit souvent de se laisser couler. Quant au flux sanguin, il se concentre sur les organes vitaux : cœur, système nerveux central tandis que la température corporelle chute de plus de 15 °C dans les parties périphériques du corps. Le ralentissement du rythme cardiaque, la bradycardie, est aussi particulièrement sensible. Ils diminuent ainsi leur consommation énergétique, ce qui les rend plus endurants.

Alimentation


Dans l'océan, les éléphants de mer ont un comportement apparemment solitaire. Les mâles semblent préférer aller se nourrir en bordure du continent antarctique alors que les femelles circulent plus largement. Les individus retournent manifestement chaque année sur les mêmes zones de chasse.

Les connaissances sur l'alimentation des éléphants de mer sont encore très partielles. On sait que leur régime est essentiellement composé de poissons et de calmars, capturés lors des plongées profondes. Mais les observations directes pendant ces longues et discrètes périodes de vie pélagique sont impossibles.

Lorsqu'ils fréquentent les côtes sub-antarctiques ou antarctiques, les éléphants de mer peuvent aussi consommer des crustacés isopodes, des ascidies, du krill, des mollusques bivalves ou même quelques algues.

Les éléphants de mer ont peu de prédateurs. Ils peuvent être attaqués par les léopards des mers, les requins blancs ou par les orques. Ces dernières guettent en particulier les jeunes de l'année lors de leurs premiers bains de mer.


Reproduction et mue

Naissance


Véritables sous-marins des mers australes, les éléphants de mer comptent aussi parmi les phoques les plus « terrestres » puisqu'ils séjournent chaque année plusieurs semaines consécutives au sec.

Les femelles gagnent les plages sub-antarctiques dès le début du printemps austral, à partir du mois de septembre, pour mettre bas un seul petit. Généralement, la naissance est très rapide.Les petits naissent avec une fourrure, le lanugo, entièrement noire, inadaptée à l'eau mais qui par sa densité protège les nourrissons de la fraîcheur de l'air ambiant.

Nouveau-né à la têtée


L'allaitement dure en moyenne 23 jours. Pendant toute cette période, la femelle jeûne. Les nouveau-nés qui pèsent environ 40 kg à la naissance atteignent 120 à 130 kg lorsqu'ils sont sevrés. La mère a, pendant cette période, considérablement maigri.

Accouplement


Avant même que toutes les naissances et les sevrages soient terminés, les mâles ont également rejoint les colonies. Les plus forts, appelés "pachas", ont constitué leurs harems de plusieurs dizaines de femelles. Ceux qui veulent les leur disputer les affrontent en combats singuliers. Les deux adversaires se cambrent et se laissent retomber de tout leur poids, canines en avant, l'un sur l'autre. L'issue est rarement fatale et le vaincu n'a plus qu'à s'enfuir. Cependant, sous les chocs, le cuir et la trompe de l'adversaire peuvent se déchirer.
Les harems sont ainsi entourés de groupes de jeunes mâles ou de mâles dépités, qui à l'occasion tentent leur chance auprès des femelles les plus excentrées. Les pachas veillent en permanence sur leur privilège sexuel et rappellent à l'ordre les éventuels resquilleurs par des éructations menaçantes ou si besoin par une poursuite. Bien qu'ils soient théoriquement mâtures dès l'âge de 4 ou 5 ans, les mâles peuvent en fait rarement s'accoupler avant 9 ou 10 ans.

En raison de leur considérable différence de poids, les éléphants de mer ne s'accouplent que côte à côte. Les femelles n'excèdent pas 400 kilos et se tiennent contre le mâle. Elles sont fécondables quelques jours après avoir mis au monde un éléphanteau.



Autour des colonies, des oiseaux de mer tels les skuas, les pétrels géants subantarctiques, les becs-en-fourreau circulent aussi en permanence à l'affût d'un bon repas fait d'un placenta, du cadavre d'un mâle blessé à mort, d'un petit malencontreusement écrasé par la charge d'un pacha.

Les femelles sont saillies dès la fin de l'allaitement. Les jeunes femelles ayant atteint l'âge de 3 ans sont également fécondées. Le développement de l'embryon ne commence pas immédiatement (l'ovocyte reste en dormance quelque temps). La gestation dure en effet 9 mois, mais il faut néanmoins que les naissances n'interviennent qu'environ un an plus tard, à la bonne saison.


Sevrage/Mue


Les jeunes qui sont sevrés se regroupent en pouponnières en attendant de perdre leur pelage de naissance, puis se mettent timidement à l'eau en commençant généralement leur apprentissage en eau douce dans les estuaires ou les mares d'arrière plage.

En été, les éléphants de mer viennent aussi à terre pour changer de pelage : c'est le temps de la mue. Celle-ci s'engage parfois directement après la reproduction. Certains mâles peuvent ainsi rester à terre plus de 3 mois sans se nourrir. Les éléphants de mer affectionnent particulièrement les bains de boue, souvent collectifs. Leurs passages répétés dans les souilles peuvent y creuser de véritables baignoires dans lesquelles plus d'un est resté piégé à mort. La mue semble occasionner une réelle fatigue et s'accompagne fréquemment d'écoulements nasaux purulents. La première mue accompagne le sevrage. La couleur des pelages qui se suivent ensuite au cours de la vie et qui sont désormais très ras varie entre le gris et le brun, selon l'épaisseur et l'humidité des poils. Chez les vieux mâles, la peau prend l'aspect d'un cuir épais décoloré qui porte les nombreuses balafres laissées par les combats entre rivaux.

Bain de boue collectif de jeunes mâles pendant la mue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 8:45

Chasses phoquières

La chasse traditionnelle par les populations indigènes est probablement à l'origine de la disparition de colonies d'éléphants de mer du sud en Tasmanie, en Nouvelle-Zélande ou en Patagonie.

La chasse s'intensifie au XIXe siècle et s'effectue souvent dans le cadre d'expéditions à la fois phoquières et baleinières.

La graisse hypodermique (le fameux blubber des anglophones) sert en effet à la production d'une huile de phoque de très bonne qualité. Alors que les cachalots, cétacés alors les plus prisés pour la qualité de leur graisse, commencent déjà vers 1800 à se faire rares, on constate que l'huile d'éléphant de mer (du sud comme du nord) présente un intérêt technique presque comparable et que ces gros et gras animaux sont incroyablement faciles à massacrer lorsqu'ils se rassemblent à terre pour la reproduction.
Or l'industrie moderne qui prend son essor en Grande-Bretagne et aux États-Unis, qui ne dispose pas encore des produits issus du pétrôle, a un cruel besoin d'huile : celle d'éléphant de mer est un excellent lubrifiant, elle brûle proprement, elle convient parfaitement pour assouplir les cuirs, elle peut servir à la fabrication de savon, de peinture et à divers autres usages.

Pour armer des expéditions, les américains sont de loin les plus nombreux. Aux îles Kerguelen, ce sont les Quakers de Nantucket qui entreprennent les premières campagnes dès les dernières années du XVIIIe siècle. Rapidement, l'activité prend une telle ampleur que l'explorateur Sir James Clark Ross rapporte avoir vu à Kerguelen plus de 700 bateaux de chasse en 1840.

La chasse à l'éléphant de mer se pratique à terre. Des équipes de marins arpentent les côtes à bord de chaloupes, abordent les plages occupées par les colonies, rabattent les animaux et les tuent avec des lances. Une équipe peut massacrer plus de cent animaux par jour. Les cadavres sont immédiatement découpés et les quartiers de gras sont rapidement mis à fondre dans des chaudrons soit sur le pont des navires, soit à terre. Dans ce dernier cas, il arrive que les équipes soient laissées sur les îles pendant plusieurs mois ou plusieurs années, dans des conditions de misère et de saleté épouvantables, les navires assurant de temps à autre la collecte des barils d'huile. Comme combustible pour la fonte de la graisse, on trouve rapidement pratique et économique d'utiliser des manchots, qui sont abattus sans vergogne et broyés.

Les grandes campagnes de chasse à l'éléphant de mer s'éteignent à la fin du XIXe siècle, par perte de rentabilité économique : raréfaction des animaux, concurrence des huiles minérales, modernisation des baleiniers. Des exploitations contrôlées persistent cependant encore au XXe siècle, jusqu'en 1961 aux îles Kerguelen et jusqu'en 1964 en Géorgie du Sud.


Statuts de protection

Les éléphants de mer du sud figurent à l'annexe II de la CITES depuis 1975. Cette citation est dans les faits devenue sans objet car l'espèce ne fait plus aujourd'hui l'objet de chasses ou de commerce. Alors que l'espèce septentrionale a été retirée en 1992 de la liste de l'annexe II, la révision du statut de Mirounga leonina, dont est chargée l'Australie, n'est pas encore effectuée.

L'éléphant de mer du sud est inscrit depuis 1996 sur la Liste rouge de l'UICN en tant qu'espèce à faible risque (LR) et faiblement concernée (LC).

La plupart des législations nationales assurent néanmoins sa protection intégrale, notamment pour la France l'arrêté interministériel du 27 juillet 1995 sur la protection des mammifères marins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 8:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 8:55

Quelques comportements des éléphants de mer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 16:34

cheers Super ! topic que voilà, certes long mais ça valait le coup :super3:
Je suis sure que certain diront qu'un éléphant de mer n'est pas beau 1 et bien moi je trouve que c'est beau lol! enfin plutôt je trouve ce mastodonte tellement attendrissant qu'il en devient beau 1 :coeur2: :coeur2:
vous avez vu 1 les moments de câlins quand la maman dorlote sont petit 1 1

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
provençale
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 2422
Age : 68
Localisation : vers le sud
Humeur : au grés du vent
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 16:41

:coeur3: oui attendrissant c'est le mot exact car on ne peut pas dire qu'il
soit beau :j'ai rien fait surtout les mâles 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 16:42

lol! lol! et voilà j'en étais sure lol! lol! et donc c'est bien ce que je dis ils ont une attendrissante beauté 1

lol! lol!

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
provençale
Modérateur
Modérateur


Féminin Nombre de messages : 2422
Age : 68
Localisation : vers le sud
Humeur : au grés du vent
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 17:05

lol! cheers oui c'est bien ça une attendrissante beauté

( les femelles 1 ) lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Dim 3 Aoû - 17:14

1 mâle ou femelle et bébé 1 1

lol! lol!

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'éléphant de mer   Aujourd'hui à 16:34

Revenir en haut Aller en bas
 
L'éléphant de mer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pied d'éléphant en triste etat !
» pied d'éléphant malade...
» Pétition - Eléphant battu dans un cirque - Grèce
» poissons éléphant
» sauvetage d'un bb éléphant par les siens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Animaux sauvages :: Mammifères-
Sauter vers: