Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Le grand Tétras et l’ours, même combat !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Le grand Tétras et l’ours, même combat !   Mer 13 Fév - 10:55

Régulièrement, AVES France vous fait part des projets de conservation pour des espèces animales au seuil de l’extinction et vous informe de la situation critique de la plupart d’entre elles. Neuf fois sur dix, ces espèces sont localisées hors de notre pays. Pour autant, la faune française n’est pas épargnée, loin de là. Un exemple parmi tant d’autres, le Grand Tétras.
Le grand tétras est sur le point de disparaître en France. Il a récemment disparu des Alpes françaises. Une espèce de plus qui sera sacrifiée au nom du progrès et de la rentabilité. Le grand Tétras, comme l’ours, est un gêneur. A cause de lui il nous faut sauvegarder les forêts, des forêts naturelles et anciennes, pas ces plantations d’arbres hâtivement et commodément qualifiées de « forêts » et restreindre voire parfois interdire certaines activités humaines en montagne, c’est dire si les écologistes sont fous !

Le grand Tétras a besoin de tranquillité, surtout l’hiver. Il y a quelques semaines AVES France a apporté sa contribution au combat d’associations contre l’extension de la station de ski de Mijanès Donezan. Ce projet menace directement le grand tétras puisqu’il impliquerait la destruction de sa zone d’hivernage.

Nous réclamons depuis un certain temps des zones intégrales de protection pour l’ours de même que le collectif pour le grand Tétras réclame des zones de protection intégrale pour l’oiseau. Il n’y a pas dix mille manières de sauver une espèce animale au bord de l’extinction. Il suffit de la laisser vivre en paix, loin des hommes. Cela implique certainement des sacrifices pour un certain nombre d’entre nous mais le maintien de la biodiversité est à ce prix.

J’ai lu il y a quelques jours un article qui m’a profondément réjouie. Des scientifiques investissent depuis peu la « ligne verte », ce corridor séparant Chypre en deux où l’homme est interdit de séjour depuis 1974, date des premières tensions entre la Grèce et la Turquie. Aujourd’hui, cette zone tampon surveillée par les deux armées et les Casques Bleus est devenu le dernier refuge de la biodiversité. Les scientifiques y ont découvert certaines plantes que l’on croyait disparues et ont pu constater l’étonnante vitalité du mouflon chypriote, espèce classée sur la liste rouge des espèces menacées. La recette miracle ? pas de pression humaine, ni constructions, ni chasse, ni tourisme de masse... bref une paix royale pour la faune et la flore. Certes, cet état de grâce ne saurait hélas durer, mais ces événements nous prouvent que la nature a très souvent besoin qu’on « l’oublie ».

Le bouquetin des Alpes, l’ours, le loup et le lynx, le grand hamster, le vison, le gypaète barbu et bien d’autres sont en sursis dans notre pays (même s’il n’est pas à proprement parler une espèce française, je pourrai même rajouter le cabillaud, mais la façon dont la France entend gérer la surpêche et les populations de cabillauds mérite à elle seule un long article...). Milieux naturels grignotés par l’urbanisme, pression cynégétique, sports et loisirs nécessitant toujours plus d’accès et de commodités... la liste des atteintes à la nature est bien longue.

Dans les Pyrénées, la faune sauvage n’est pas toujours la bienvenue. Le bouquetin y a disparu, le vautour fauve est accusé de « pulluler » et de mettre en danger le bétail, et l’ours, bien qu’il s’accroche désespérément à son bout de montagne, continue d’être pris pour cible par une poignée de gens qui ont décidé que le milieu montagnard se devait d’être « civilisé. Dernière trouvaille des anti-ours, se procurer un chien de Carélie pour rabattre les plantigrades vers des zones où ils seront « mieux accueillis ». Heureusement que le ridicule ne tue pas... Un rapport intitulé « revenons à nos moutons » est sorti il y a peu. Longue litanie des problèmes de l’élevage ovin, qui n’aurait pas été complet sans un chapitre dédié aux grands prédateurs. On y apprend entre autres que le loup devrait être déclassé afin de pouvoir être tiré par les éleveurs, et que « de grandes réserves naturelles vastes de plusieurs dizaines d’hectares » (pour ceux qui n’auraient pas encore compris, des parcs zoologiques...) devraient être créées pour les grands prédateurs qui bénéficieraient de « lâchers de proies » (oh les veinards !). Et dire que c’est un sénateur qui professe des idées pareilles...

J’aimerai pouvoir dire que je suis optimiste quant à la protection de la biodiversité dans notre pays. Rapports et bonnes intentions ses ont multipliés ces dernières années mais peu de décisions concrètes sont appliquées. Parfois, des initiatives individuelles permettent de reprendre espoir. Je pense notamment à ce vétérinaire installé dans le sud-est de notre pays et qui a réussi le pari fou de réacclimater un petit troupeau de bisons sur sa propriété. Ces animaux vivent en semi-liberté et cohabitent avec la faune locale. Il ne reste que 3000 bisons d’Europe environ, et cette initiative privée est une belle façon de démontrer que l’obstination et la volonté peuvent parfois faire des miracles. Il n’est pas encore trop tard pour le grand Tétras, l’ours ou le grand hamster pour peu que nos gouvernants prennent, pour une fois, les bonnes décisions et aient le courage et la volonté de les mettre en œuvre...

mercredi 13 février 2008 par Sylvie CARDONA

Sylvie CARDONA
Co-Fondatrice d’AVES FRANCE
Chargée de mission
Adresse de contact : Mairie de Dornes
Bureau local AVES FRANCE - Nièvre
A l’attention de Sylvie Cardona
58390 Dornes
sylvie.cardona@aves.asso.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
 
Le grand Tétras et l’ours, même combat !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une association saisit la Commission Européenne pour sauver le grand tétras
» femelle grand tétras ?
» Mauvaise stratégie pour le grand tétras
» Le Grand Tétras ou Grand Coq de Bruyère
» Triste fin pour un Grand Tétras "fou".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Protection des animaux :: Actualités/Communiqués-
Sauter vers: