Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Réchauffement climatique et réunion de la CBI : l'avenir des baleines est en jeu !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boo
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 51
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Réchauffement climatique et réunion de la CBI : l'avenir des baleines est en jeu !   Mar 24 Juin - 10:14

Tandis que s'ouvre une réunion importante de la Commission baleinière internationale, le WWF vient de publier un rapport prévoyant l'avenir des baleines en Antarctique dans un monde plus chaud, si le réchauffement planétaire atteint les 2°C.

Le sort des baleines et l'avenir de la Commission baleinière internationale (CBI)
Afin de surmonter les points de blocage et d'améliorer son image, la CBI doit revoir son mode de fonctionnement. C'est notamment l'objet de la 60ème session de la Commission baleinière internationale (CBI/IWC), qui rassemble les délégués de 81 pays et qui s'est ouverte ce lundi 23 juin à Santiago du Chili(1). A ce titre, ils étudieront en particulier une recommandation, soutenue par la France, qui vise à favoriser la prise de décision par consensus plutôt que par le recours au vote systématique et sans effort de discussion. En effet, la Commission est dans une impasse depuis quelques années car les trois derniers pays pratiquant la chasse à la baleine à des fins commerciales (Japon, Islande, Norvège) ont lutté pour bloquer les mesures de conservation adoptées par la conférence.

Les écologistes se montrent intransigeants sur la question comme en témoigne la déclaration de Patrick Ramage, Responsable du Programme global du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) sur les baleines : "la CBI a accepté de mettre un terme à la chasse commerciale à la baleine en 1986 (...) Le moment n'est pas venu de transiger sur cette décision. Les baleines sont confrontées à un nombre de menaces plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'a jamais été. Les pays membres de la CBI devraient s'unir et mettre fin définitivement à la chasse commerciale des baleines."

Le Japon a tué plus de 15 000 baleines depuis 1986, la plupart dans un sanctuaire baleinier autour de l'Antarctique, reconnu internationalement, malgré le vote, par la CBI, a plusieurs reprises de résolutions appelant le Japon à mettre fin à son programme de "chasse scientifique" à la baleine. La Norvège a tué plus de 8 000 baleines au cours de la même période. Après une interruption de 16 ans, l'Islande a repris la chasse commerciale des baleines en 2003. Au début du mois, elle a annoncé avoir exporté de la viande de baleine au Japon, reprenant ainsi ce commerce international pour la première fois depuis plus de 10 ans.
Le réchauffement climatique compromet l'avenir des baleines en Antarctique.
Les zones entourant le Pôle Sud où les baleines viennent s’alimenter s’amenuiseront, seront de moins en moins riches en nourriture et se trouveront de plus en plus éloignées. Tel est le scénario qui attend les baleines dans les océans entourant l’Antarctique si le réchauffement global de la planète atteint les 2°C(2) d'après une étude du WWF.
Ce scénario peu engageant est contenu dans le rapport Ice breaker : Pushing the boundaries for whales publié par le WWF à la veille de la réunion de la CBI.

Ce sont entre autres le rorqual bleu, le plus grand être vivant de notre planète, et la baleine à bosse qui se trouveront confrontés au manque de ressources alimentaires. Cette dernière espèce, soit dit en passant, commence seulement à reconstituer une partie de ses effectifs après avoir été décimée par la chasse commerciale menée principalement durant la première moitié du 20è siècle. Les deux espèces sont migratrices. Pour s’accoupler, donner naissance à leur petit et l’allaiter, les baleines à bosse fréquentent des zones océaniques situées plus au nord. Mais pendant trois à quatre mois par an, elles se nourrissent principalement de krill dans les océans qui entourent l’Antarctique, où elles se constituent des réserves de graisse pour le reste de l’année. Les baleines se nourrissent à hauteur de ce que l’on appelle les « zones frontales », là où des eaux riches en nutriments provenant des profondeurs permettent le développement d’énormes quantités de krill.

Suite au réchauffement de la Terre, ces zones se déplacent vers des régions plus froides autour du Pôle Sud et, avec elles, le précieux krill. Ce phénomène risque de forcer les baleines migratrices à parcourir 200 à 500 kilomètres en plus vers le sud pour pouvoir s’alimenter. Cette distance supplémentaire parcourue durant leur migration annuelle force les animaux à dépenser un surplus d’énergie et raccourcit la période durant laquelle elles peuvent constituer leurs réserves de graisse.

Etant donné que les zones riches en krill se déplaceront plus loin vers le sud, elles se rapprocheront les unes des autres, ce qui réduira encore davantage les possibilités d’alimentation des baleines.

De plus, les quantités de krill diminueront(3), réduisant de la sorte les quantités de nourriture disponibles pour les cétacés. Cette diminution s’explique par le fait que le cycle de vie du krill dépend de la banquise qui se forme sur la mer. Si le réchauffement de la planète atteint les 2° C, cette glace se réduira d’environ 30 % autour de l’Antarctique.

“Si nous ne parvenons pas à freiner rapidement le réchauffement climatique, une telle situation sera atteinte d’ici moins de 40 ans. Une espèce comme le petit rorqual, qui dépend étroitement de la banquise, se trouvera en moins d’une génération confrontée à des bouleversements dramatiques dans son environnement” annonce le Dr. Susan Lieberman, Directeur du Programme Espèces du WWF-International et qui dirige la délégation du WWF à la réunion de la CBI. “Les conséquences du réchauffement climatique sur les baleines sont une bonne raison supplémentaire pour adopter des mesures drastiques visant à mettre fin au changement climatique.”



Notes
(1) La 60ème réunion de la CBI se tient cette année à Santiago du Chili, du 23 au 27 juin. Il s’agit de la première réunion de la CBI en Amérique du Sud depuis près d’un quart de siècle.
(2) Selon les prévisions actuelles, une augmentation de la température de 2°C par rapport au niveau pré-industriel – et qui est considérée comme le seuil au-delà duquel le changement climatique atteindra des proportions incontrôlables – sera probablement atteinte d’ici 2042. Les conséquences en seront les plus marquées et les plus rapides dans les régions polaires.
(3) La fonte de la banquise influencera la production de krill de deux manières. La banquise fait office de refuge pour les larves de krill en hiver et c’est là que les algues se développent en masse durant l’été. Les algues représentent une importante source de nourriture pour le krill, qui est lui-même un des fondements de l’écosystème dans le Pacifique sud. Les conséquences de la réduction du krill exerceront un impact non seulement sur les baleines, mais également sur les phoques, les oiseaux marins, les manchots et la pêche.



Source : .notre-planete.info de Christophe Magdelaine

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
 
Réchauffement climatique et réunion de la CBI : l'avenir des baleines est en jeu !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COP 18 : réunion sur le réchauffement climatique.
» Le réchauffement climatique et les tortues marines
» Papillons et réchauffement climatique
» Réchauffement climatique et migration des espèces
» Le réchauffement climatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Protection des animaux :: En danger-
Sauter vers: