Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Le paradisier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Le paradisier   Lun 2 Juin - 9:54

La tribu des Paradisaeni correspond à l'ancienne famille des paradiséidés (ou Paradisaeidae) qui a été intégrée dans la famille des corvidés, dans la phylogénie de Sibley. Elle comprend une quarantaine d'espèces de paradisiers ou oiseaux de paradis caractérisés par un magnifique plumage, chez le mâle adulte.

Ils sont originaires de Nouvelle-Guinée et des îles environnantes, mais quatre espèces vivent en Australie orientale.

Origine des noms

Lorsque les premiers paradisiers furent rapportés en Europe via le voyage de Magellan les dépouilles de ces animaux furent conservées sans pattes. On a donc cru qu'ils volaient constamment et qu'ils se nourrissaient de rosée. C'est d'ailleurs pour cela que la première espèce découverte fut appellé le (Paradisaea apoda), c'est à dire sans pattes.

Liste des espèces
Petite Mélampitte — Melampitta lugubris Schlegel, 1871
Grande Mélampitte — Melampitta gigantea (Rothschild, 1899)
Paradisier soyeux — Loboparadisea sericea Rothschild, 1896
Paradisier huppé — Cnemophilus macgregorii De Vis, 1890
Paradisier de Loria — Cnemophilus loriae (Salvadori, 1894)
Paradisier de Macgregor — Macgregoria pulchra De Vis, 1897
Paradisier corvin — Lycocorax pyrrhopterus (Bonaparte, 1850)
Paradisier noir — Manucodia ater (Lesson, 1830)
Paradisier vert — Manucodia chalybatus (J.R. Forster, 1781)
Paradisier d'Entrecasteaux — Manucodia comrii P.L. Sclater, 1876
Paradisier de Jobi — Manucodia jobiensis Salvadori, 1876
Paradisier de Keraudren — Manucodia keraudrenii (Lesson, & Garnot 1826)
Paradisier de Wallace — Semioptera wallacii G.R. Gray, 1859
Paradisier caronculé — Paradigalla carunculata Lesson, 1835
Paradisier à queue courte — Paradigalla brevicauda Rothschild & Hartert, 1911
Paradisier fastueux — Epimachus fastuosus (Hermann 1783)
Paradisier de Meyer — Epimachus meyeri Finsch & A.B. Meyer, 1885
Paradisier d'Albertis — Epimachus albertisi (Sclater,P.L. 1873)
Paradisier à bec blanc — Epimachus bruijnii (Oustalet, 1879)
Paradisier superbe — Lophorina superba (J.R. Forster, 1781)
Paradisier sifilet — Parotia sefilata (J.R. Forster, 1781)
Paradisier de Carola — Parotia carolae A.B. Meyer, 1894
Paradisier de Lawes — Parotia lawesii E.P. Ramsay, 1885
Paradisier d'Helena — Parotia helenae De Vis 1891
Paradisier de Wahnes — Parotia wahnesi Rothschild, 1906
Paradisier gorge-d'acier — Ptiloris magnificus (Vieillot, 1819)
Paradisier de l'est — Ptiloris intercedens Sharpe, 1882
Paradisier festonné — Ptiloris paradiseus Swainson, 1825
Paradisier magnifique — Cicinnurus magnificus (J.R. Forster, 1781)
Paradisier républicain — Cicinnurus respublica (Bonaparte, 1850)
Paradisier royal — Cicinnurus regius (Linnaeus, 1758)
Paradisier à gorge noire — Astrapia nigra (Gmelin, 1788)
Paradisier splendide — Astrapia splendidissima Rothschild, 1895
Paradisier à rubans — Astrapia mayeri Stonor, 1939
Paradisier de Stéphanie — Astrapia stephaniae (Finsch & A.B. Meyer, 1885)
Paradisier de Rothschild — Astrapia rothschildi Foerster, 1906
Paradisier du Prince Albert — Pteridophora alberti A.B. Meyer, 1894
Paradisier multifil — Seleucidis melanoleucus (Daudin, 1800)
Paradisier rouge — Paradisaea rubra Daudin, 1800
Paradisier petit-émeraude — Paradisaea minor Shaw, 1809
Paradisier grand-émeraude — Paradisaea apoda Linnaeus, 1758
Paradisier de Raggi — Paradisaea raggiana P.L. Sclater, 1873
Paradisier de Goldie — Paradisaea decora Salvin & Godman, 1883
Paradisier de Guillaume — Paradisaea guilielmi Cabanis, 1888
Paradisier bleu — Paradisaea rudolphi (Finsch & A.B. Meyer, 1885)
Paradisier de Victoria — Ptiloris victoriae Gould, 1850






-Que signifie le mot: paradisier ?

Dans le dictionnaire, le mot paradisier est le nom courant d'une famille d'oiseau caractérisé par un magnifique plumage chez le mâle adulte.

-D'où viennent-ils?

Les paradisiers sont originaires de la Nouvelle-Guinée et des îles environnantes, mais quatre espèces vivent en Australie-Orientale.

-Comment se classent-ils?

Les paradisiers appartiennent à la famille des Paradisaeidés de l'ordre des Passériformes. Le nom latin pour dire paradisier est: Paradisaea.

-Combien existe-t-il d'espèces?

On a répertorié en tout une quarantaine d'espèces, dont: le Paradisier soyeux, le Paradisier huppé, le Paradisier de Loria, le Paradisier de Macgregor, le Paradisier corvin, le Paradisier noir, et bien d'autre.

-Comment se passe la période des amours?

Les mâles sont souvent des oiseaux solitaires, mais ils s'engagent occasionnellement dans des parades nuptiales ou autres comportements sociaux élaborés.

-Raconte-t-on une anecdote particulière à son sujet?

Oui. Les premiers spécimens de cette espèce rapportés en Europe, au XVIe siècle n'avaient pas de pieds, ce qui a donné lieu à cette croyance inexacte que les oiseaux passaient toute leur vie à voler. Le naturaliste suédois Carl von Linné donna, sans un certain humour, à cette espèce le nom de apoda, qui signifie "sans pieds".

-À quoi ressemble le paradisier?

En fait. Chaque sorte a son apparence; par exemple, le paradisier royal possède deux plumes de queue modifiées en arbres à spirale portant un disque couleur émeraude à son extrémité et le paradisier multifil, lui, possède 12 plumes latérales se terminant par des filaments noirs recourbés qui lui servent de queue. Le grand oiseau de paradis mesure environ 46 cm, queue comprise. Il porte sur le flanc des panaches épais et érectiles orange doré d'environ 60 cm de hauteur, qui s'élèvent sous les ailes; les plumes centrales de sa queue forment de longs ramages semblables à des fils.

-De quoi se nourrit-il?

Les paradisiers sont omnivores et leur alimentation est surtout à base de fruits, d'insectes et d'escargots.

-Le paradisier court-il un danger?

Oui. La capture du mâle pour son plumage menace la survie de certaines espèces.

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le paradisier   Lun 2 Juin - 10:00

Le Paradisier fastueux

Classe : Oiseaux Ordre : Passeriformes Famille : Paradisaeidés Longueur : 112 cm Poids : 195 gr (F) - 277 gr (M)

Distribution et Habitat :

Le paradisier fastueux est endémique des régions montagneuses de l'Ouest et du centre de la Nouvelle Guinée, à des altitudes qui peuvent varier de 1300 à 2300 mètres, bien que sa densité soit vraiment plus importante de 1800 à 2150 mètres. A Irian Jaya (partie ouest de l'île), il est présent surtout dans la péninsule de Vogelkop et les Monts Vandammen, mais son aire s'étend également en Papouasie jusqu'au Monts Torricelli et Bewani. Sa distribution est très morcelée et il est considéré comme peu abondondant ou rare sur la totalité de son territoire. La paradisier fastueux est confiné aux forêts de montagne aux alentours de 2000 mètres, même si on peut le trouver au dessus et en dessous. Il accorde sa préférence aux forêts primaires qui n'ont jamais été modifiées, mais on peut occasionnellement le trouver à la lisière des jardins ou dans des boisements en cours de régénération.

Caractères distinctifs :

Les mâles de cette espèce à l'aspect saisissant sont entièrement noirs avec une irisation cuivre, verte et bleue et une interminable queue noire lustrée de bleu violacé. Ils ont un long bec incurvé vers le bas. Trois éventails successifs de plumes chatoyantes viennent orner les flancs et la poitrine. Le premier, arrimé sur la partie supérieure de la poitrine présente de beaux reflets verts et violets. Le second, légèrement plus important, est situé juste en dessous et affiche une belle apparence de velours noir. Enfin, le troisième , présentant des teintes quasiment similaires, est accroché sur les flancs et la partie basse de la poitrine. Face à ce déploiement de couleurs, de fastes et de décorations, la femelle parait plus discrète et moins spectaculaire. Elle possède un dessus brun-olive avec un capuchon chatain. La gorge et la poitrine porte un placard noirâtre. Le reste des parties inférieures est grisâtre avec d'étroites barres noires.

Reproduction :

On ne connait ni le nid ni les oeufs et on ne possède aucune indication concernant la biologie reproductive (taille de la ponte, durée d'incubation, élevage des jeunes). Par contre, on n'ignore pratiquement rien en ce qui concerne la parade nuptiale. Le mâle s'installe sur une haute branche nue située à la cime des arbres. Il déploie ses éventaails pectoraux vers l'exterieur et vers en haut, un peu comme des bras levés. La queue est également partiellement déployée de façon à dévoiler clairement les courtes plumes externes. Après un puissant sifflement perçant, le mâle effectue alors un plongeon, toutes ailes écartées, puis navigue dans l'espace afin de regagner son perchoir.

Nourriture :

Le paradisier fastueux recherche des fruits et des petits animaux dans la canopée. Il est souvent observé fouillant dans les mousses , dans les débris d'écorce et les végétaux à l'aide de son long bec recourbé, tentant de déloger des insectes ou d'autres arthropodes. Les fruits représentent 40% de sa diète.

Comportement :

Le principal danger auquel est confronté le paradisier fastueux est sans aucun doute la chasse. Cet oiseau est persécuté à cause de ses longues plumes ornementales mais il constitue également une ressource alimentaire pour les populations locales et il est consommé pour sa chair. Il semble toutefois que cette espèce soit capable de survivre ou de se maintenir dans les zones où la chasse est pratiquée. On peut trouver une explication à ce phénomène : les femelles sont plutôt épargnées en raison de leur plumage moins chatoyant. D'autrepart, les mâles qui sont déplacés ou éliminés sont progressivement remplacés par l'immigration de jeunes mâles qui occupent leur territoire. La clarification des forêts et leur transformation en régions agricoles cultivables constituent également une menace. C'est un problème mineur pour l'instant, mais il f aut le prendre en compte et il risque de s'aggraver en cas d'accroissement de la population humaine.


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le paradisier   Lun 2 Juin - 10:05

Le Paradisier huppé

Identification :

Le mâle adulte présente un dessus rouge-orange, devenant plus pâle et plus brun-orange sur la partie inférieure du dos et sur la queue. Une autre sous-espèce (cnemophilus mcgregorii sanguineus) possède un dessus jaune doré virant au brun- jaune et une une petite tache rouge-sang sur le dessus du capuchon. Les secondaires et les couvertures alaires sont brun jaunâtre . Le dessous est entièrement brun-noir foncé. La crête frontale est composée de 4 à 6 fines plumes de couleur olive ou brun rougeâtre, nuancées de violet. Les femelles sont très différentes des mâles. Elle affichent un dessus brun-olive foncé avec une apparence écaillée, des ailes et une queue brunâtre. Leur dessus est olive ou chamois-brun. La huppe est plus courte.

Habitat :

Le paradisier huppé est endémique de Nouvelle-Guinée où il réside plus particulièrement dans l'est et le sud-est de l'île, à des altitudes variant de 2300 à 3400 mètres, dans la chaîne centrale du pays. Cette espèce qui fréquente les étages inférieurs des forêts et les sous-bois est assez rare excepté dans les zones de haute altitude.

Comportements :

Les mâles ont une grande variété de cris. Le plus curieux d'entre eux a été décrit comme 'le bruit de deux morceaux de bois que l'on frotterait l'un contre l'autre avec une considérable tension'. Les paradisiers huppés sont des oiseaux discrets et difficilement observables si bien qu'à ce jour, on n'a toujours pas réussi à décrire les rituels de la parade nuptiale.

Nidification :

Avant que l'on ne découvre son nid, il y a environ quarante ans, on pensait que cet oiseau appartenait à l'espèce des jardiniers ou oiseaux à berceaux. Depuis cette découverte seulement, on est certain qu'il appartient à la catégorie des paradisiers et qu'il s'agit d'un proche parent du paradisier soyeux et du paradisier de Loria. C'est probablement le seul oiseau de paradis qui construise un nid en forme de boule, recouvert d'un dôme et situé à faible distance du sol. La femelle en est maître d'oeuvre et il est pourvu d'une entrée latérale. Constitué de mousses, de fougères et de petites racines, garni de feuilles mortes et de plumes, le nid est une épaisse structure placée ordinairement dans une cavité de souche pourrissante à peu de mètres de hauteur. La femelle y dépose un oeuf unique, de couleur blanche mais taché de marques sombres sur sa partie la plus large et de quelques petits points sur le reste de la surface. On ignore la durée de la période d'incubation. L'unique jeune est nourri de fruits à noyau dégorgés. Après ingurgitation, ce dernier crache les noyaux et les abords du nid en sont souvent tapissés.

Régime :

Le paradisier huppé vit dans les forêts vierges avec de hauts arbres. Il se nourrit surtout de fruits, mais aussi vraisemblablement d'insectes.







_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le paradisier   Lun 2 Juin - 10:28

Le Paradisier superbe

Identification :

Le mâle présente une apparence extraordinaire, avec son plumage noir, son capuchon bleu-vert iridescent aux nuances pourpres, sa gorge couleur bronze, son large bouclier pectoral vert aux pointes érectiles et son énorme cape de plumes noires aux reflets bronzés. La cape s'étale principalement à l'arrière de la tête mais elle est en fait arrimée sur la partie supérieure du dos et elle est totalement érectile. La femelle est très différente de son partenaire et on la trouve sous deux formes bien distinctes chez lesquelles les plumes ornementales de la poitrine et du dos sont totalement absentes. Chez elle, le dessus est soit rouge-brun foncé, soit brun grisâtre. La tête est noire ou brun sombre avec une tache blanche sur le front et des larges sourcils striés de blanc. Les parties inférieures sont grisâtres avec d'étroites barres sombres. Les jeunes mâles de la première année ressemblent aux femelles, ils n'acquièrent leur plumage noir iridescent et leurs plumes ornementales que progressivement, au bout de quelques années.

Habitat :

Ce paradisier vit en Nouvelle-Guinée où il est réparti sur une grande partie de l'île, de la péninsule de Vogelkop à l'extrême ouest jusqu'à la baie de Milne à la pointe est. Hormis dans la péninsule de Vogelkop et la presqu'île de Huon, où il s'installe à proximité des côtes, c'est plutôt un oiseau de l'intérieur du pays, fréquentant la chaîne centrale depuis les altitudes de 1000 mètres jusqu'à 2200 mètres. En raison de son mode de nidification le paradisier superbe fréquente les habitats forestiers primaires et secondaires. Pour la recherche de nourriture, il n'hésite pas à occuper les lisières des zones boisées.

Comportements :

Chaque mâle occupe et défend un petit territoire d'environ un hectare et demi à l'intérieur duquel il se nourrit et parade solitairement pour tenter d'attirer des femelles.

Nidification :

C'est un oiseau polygame. Assez étonnament, sa biologie reproductive est plutôt mal connue pour un oiseau aussi commun et aussi répandu. Le nid est une coupe peu profonde constituée de brindilles, de feuilles et de fines racines. Il est placé à l'enfourchure d'un arbre. La femelle y dépose deux oeufs, de couleur chamois ou crème, striés et mouchetés de brun, de gris et de roux. Les mâles paradent sur des grandes branches situées dans l'étage inférieur de la canopée mais on n'en connaît les rituels que grâce à l'observation de sujets en captivité.
Le mâle s'accroupit sur un perchoir, ouvre partiellement les ailes et déploie pleinement son bouclier pectoral. Il hérisse également sa fantastique cape jusqu'à ce qu'elle entoure sa tête comme une grande coiffe. Puis il danse maladroitement, émettant de temps à autres de petits cris perçants et rauques et dévoilant la teinte jaune brillant de sa bouche.

Régime :

Cet oiseau se nourrit principalement de fruits à la lisières des forêts et dans les peuplements secondaires en cours de régénération. Mais il consomme également des insectes.




parade du paradisier superbe


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le paradisier   Lun 2 Juin - 10:33

Le Paradisier rouge


Identification :

Le mâle possède une face et une gorge d'un vert iridescent, avec des plumes en saillie formant une protubérance au dessus de chaque oeil. Le dessus, la partie supérieure des couvertures alaires et les côtés de la poitrine présentent une teinte jaune-orange. La partie centrale du dos est d'un roux éclatant. Les parties inférieures affichent une couleur marron-brun. Une très longue traîne de plumes ornementales rouge brillant avec des extrémités grises jaillit de chaque côté de la poitrine. Les rectrices centrales sont très allongées et recourbées. Les femelles ressemblent aux mâles mais chez elles les plumes ornementales sont absentes. D'autre part, leur tête est plus brune et leur corps plus jaune.

Habitat :

Les paradisiers rouges sont endémiques des îles de Papouasie Occidentale, Waigeo, Batanta, Saonek et probablement Gemien, au large de la péninsule de Vogelkop. Ils sont communs dans les forêts et à leurs lisières, dans les plaines et dans les collines jusqu'à 600 mètres d'altitude. Le relief accidenté de ces îles et l'absence d'infrastructures humaines semblent suggérer qu'ils ne souffrent dans l'immédiat d'aucune menace sérieuse.

Comportements :

Excepté pendant la période de reproduction, les paradisiers rouges semblent des oiseaux solitaires. On est capable de décrire la totalité des rituels de la parade grâce à l'observation d'oiseaux en captivité. Les mâles signalent leur présence par des puissants cris sonnants et engagent le rituel en déployant et en agitant leurs ailes, le corps souvent en position inversé et la tête en bas. Contrairement aux paradisiers du même genre, les longues plumes ornementales des flancs sont très peu utilisées, l'accent est plutôt mis sur la mise en valeur des plumes de la tête. La parade est certainement très complexe et n'est pas une forme simplifiée du rituel des oiseaux du type paradisaea comme on l'a cru un moment. La succession de danses effectuées sur une perchoir vertical ressemble beaucoup à celle des oiseaux du genre Diphyllodes et Cincinnurus (paradisiers royaux, républicains et magnifiques), ce qui semble établir un lien plus fort entre ces espèces et le genre paradisaea qu'avec les autres espèces d'oiseaux du paradis.

Nidification :
C'est un oiseau polygame dont les oeufs et le nid ont à ce jour été rarement décrits, compte-tenu de leur grande inacessibilité. Au début de la saison de reproduction, les mâles se réunissent dans leurs lieux traditionnels de parade, appelés leks, où ils essaient par leurs danses spectaculaires d'attirer un plus grand nombre de femelles. Ils forment des groupes pouvant compter jusqu'à 10 individus qui s'installent généralement sur les branches nues d''un grand arbre. Après l'accouplement, la femelle pond un ou deux oeufs rose pâle recouverts de petites mouchetures qu'elle dépose dans un nid constitué principalement de morceaux de bois et de feuilles. Elle couve pendant une période de 17 à 20 jours et s'occupe seule de l'éducation et et du nourrissage des jeunes. Le mâle ne joue aucun rôle dans le cycle de nidification. Les jeunes quittent le nid à l'âge de 17 jours.

Régime :

Comme la plupart des oiseaux de paradis, les paradisiers rouges possèdent un régime omnivore. Ils consomment des bourgeons, des graines et des fruits, plus particulièrement des figues. Ils grimpent dans les arbres pour attraper des insectes, des petits amphibiens et des reptiles. Ils cherchent leur nourriture dans les feuillages ou sous l'écorce, un peu à la manière des picidés.




_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le paradisier   Aujourd'hui à 16:31

Revenir en haut Aller en bas
 
Le paradisier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parade nuptiale : quand le Paradisier sifilet danse comme une ballerine
» paradisiers
» Un jour sur Terre (cinéma)
» Séjour en Malaisie 2nde partie
» nos dessins d'oiseaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Animaux sauvages :: Oiseaux-
Sauter vers: