Animals


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Le Bison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Le Bison.   Ven 25 Avr - 12:59

Le bison est un grand bovidé ruminant dont il existe deux espèces vivantes : celle d'Amérique du Nord (Bison bison) et celle d'Europe (Bison bonasus). La première vit essentiellement dans les steppes nord-américaines tandis que la seconde est forestière.

Les relations entre les deux espèces vivant actuellement ne sont pas totalement claires. Elles sont sans conteste très proches, puisqu'elles font des hybrides fertiles. Il semble que la fertilité des hybrides soit la même que celle des animaux non hybridés. Il existe d'ailleurs des troupeaux d'hybrides vivant en liberté dans le Caucase russe depuis les années 1950. Il faudrait donc considérer Bison bison et Bison bonasus comme deux sous-espèces, et non comme deux espèces distinctes. Certains biologistes défendent d'ailleurs cette position, mais la majorité des auteurs considèrent cependant toujours que les deux groupes sont des espèces distinctes.

Il est généralement admis que le genre Bison trouve son origine en Asie du sud. Des formes antérieures au genre Bison sont identifiées au Pliocène récent : Probison dehmi et Protobison kushkunensis provenant d'Inde, et Eobison degiulii, provenant d'Europe.

Le Bison des steppes

Le bison des steppes était plus haut et plus massif que les bisons actuels ; ses cornes étaient longues et dirigées vers le haut, ses épaules étaient puissantes. On pense que sa robe était plus semblable à celle du bison d’Europe qu’au bison d'Amérique du Nord.

Les plus gros mâles devaient atteindre plus de 1,80 m au garrot et près d'une tonne. Leurs cornes atteignait parfois plus de 1,50 m d'envergure.

Il devait certainement constituer de grands troupeaux lorsque les prairies où il vivait étaient abondantes et devait être chassé par de nombreux prédateurs.

Plusieurs « momies » naturelles de cet animal ont été trouvées dans le pergélisol sibérien, dont une datant de 36 000 ans, exposée à l'Alaska Institut Museum, et une datant de 28 000 ans, exposée au Smithsonian Institut Museum.

Répartition et environnement :
Originaire d’Europe, descendant de bisons plus primitifs , le bison des steppes est apparut il y a environ 900 000 ans. Il existe plusieurs sous-espèces :

Bison priscus mediator : originaire de France et d’Europe. Plusieurs de ces fossiles ont été exhumés à Jaurens et dans d’autres sites, également dans des grottes occupées par des hommes . Serait-ce un synonyme de Bison priscus priscus ?
Bison priscus priscus : originaire de Russie et d’Europe, ce fut probablement la plus grande de ces sous-espèces.
Bison priscus gigas (syn. Bison alaskensis - Bison crassicornis) : apparut il y a environ 200 000 ans, lors d’une période de froid intense, qui fit baisser le niveau des eaux, il s’installa en Alaska en traversant le détroit de Béring ; les glaces recouvrant le Canada lui ont interdit de s’avancer dans le reste du continent américain, jusqu’à une période interglaciaire. Cette sous-espèce donna naissance aux bisons d’Amérique (notamment à Bison latifrons).
Plusieurs autres sous-espèces n'ont toujours pas étés décrites.
Le bison des steppes vivait dans des steppes et des prairies riches en graminées où poussaient quelques arbres. Il croisait le mammouth laineux, le rhinocéros laineux, des chevaux et des cervidés mais il vivait également aux côtés de prédateurs comme le lion, le loup ou l’homme.

Le bison et l’Homme :

Le bison des steppes représentait une grande opportunité dans la vie des hommes préhistoriques : il leur servait à se nourrir, à s’habiller et même parfois à s’abriter.

Au Paléolithique moyen, l'Homme de Néandertal a chassé le bison notamment en utilisant des avens comme pièges naturels, comme par exemple à Coudoulous dans le Lot.

Au Paléolithique supérieur, les bisons des steppes étaient fréquemment représentés dans les grottes ornées européennes (Altamira, Chauvet, Lascaux…) dans toute leur puissance et leur force. Ils devaient avoir une signification religieuse importante.

Découverte :

L'histoire commence il y a 36 000 ans, pendant l'ère glaciaire. Un gros mâle Bison priscus est attaqué par deux ou trois lions (Panthera leo atrox, ou Panthera leo vereshchagini). Il est ensuite mangé, mais un des lions pert sa dent. Peu à peu, Blue Babe est enseveli dans la boue, des minéraux se collent à sa peau.

36 000 ans ans plus tard, en 1979, un dénommé Walter Roman part commencer sa journée dans un mine d'or près de Fairbanks, en Alaska, il espérait trouver de l'or. En dégageant au jet d'eau la boue et le limon gelé pour atteindre le gravier aurifère, Walter Roman découvre un sabot, puis une patte d'animal recouverte de peau et de chair.

Walter Roman appela le paléontologue Dale Guthrie, de l'université de Fairbanks. Ils commencèrent à dégager l'animal du sol qui se dégelait lentement. Ils mirent finalement au jour une vraie momie de bison de l'ère glaciaire parfaitement conservée. Au contact de l'air, les minéraux deviennent bleu, c'est pourquoi ce bison fut nommé Blue Babe.

Il y a 36 000 ans, le climat de l'Alaska n'était pas celui d'aujourd'hui, des plaines vertes s'étendaient à des kilomètres à la ronde. Les glaces recouvraient tout l'Arctique, un immense glacier recouvrait l'Alaska et le détroit de Béring n'était pas recouvert d'eau.

Dans ces plaines, on croisait des mammouths laineux, des chevaux, des mastodontes, des chameaux, des bisons, des loups, des ours géants, des félins à dents de sabre et même des lions.

Au début de l'hiver, un troupeau de bisons broute tranquillement. Soudain, la tranquillité du troupeau est perturbée par quelques lions surgissant d'un buisson. Les bisons s'enfuient et s'éparpillent quand, tout-à-coup, un grand bison charge les lions. Ce même bison est attaqué par derrière par une lionne, saisissant sa croupe entre ses dents. Quelques secondes plus tard, un autre lion lui saute à la gueule et lui mord le museau. Un troisième lion lui saute sur le flanc. À trois, les lions sont assez forts pour abattre le bison. Il tombe en s'asphyxiant.

Les lions ne tardent pas à commencer leur festin. Ils ont dû rester plusieurs jours autour de la carcasse. Quelque temps plus tard, le froid et la glace congèlent le bison. À la fin de l'hiver, une coulée de boue ensevelit la carcasse gelée.

Au fil du temps, le bison s'enfouit dans les couches avant d'être découvert au XXe siècle par un chercheur d'or. Aujourd'hui, Blue Babe est visible au muséum de l'université de Fairbanks, en Alaska.


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le Bison.   Ven 25 Avr - 12:59

L'espèce Bison d'Europe

Le bison d'Europe était très fréquent sur tout le continent européen, de l'Atlantique à l'Oural (excepté l'Espagne, l'Italie, la péninsule scandinave et les îles britanniques), et ce jusqu'au Moyen Âge. Il est également possible qu'il ait résidé en Sibérie, même si ce point doit encore être confirmé [2].

Charlemagne le chassait, de même que l'aurochs, dans la région de Liège et d'Aix-la-Chapelle.

Exterminé dans la nature après la Première Guerre mondiale, le bison d'Europe ne survivait alors plus qu'en captivité. Il a été progressivement réintroduit dans la nature après la seconde guerre mondiale.

Le poids moyen du mâle est d'environ 700 kg (1 tonne au maximum), et la taille peut atteindre 1,80 m, voir 2 m, au garrot. La femelle est plus petite, avec un poids entre 350 et 600 kg.
C'est le plus gros mammifère terrestre d'Europe.



Le bison d'Europe (Bison bonasus Linnaeus, 1758) est un mammifère ruminant de la famille des Bovidés.
Le bison d'Europe était très fréquent sur tout le continent européen, de l'Atlantique à l'Oural (excepté l'Espagne, l'Italie, la péninsule scandinave et les îles britanniques), et ce jusqu'au Moyen Âge. Il est également possible qu'il ait résidé en Sibérie, mais ce point demande à être confirmé.

Charlemagne chassait le bison ainsi que l'aurochs, dans la région de Liège et d'Aix-la-Chapelle.

Exterminé après la Première Guerre mondiale, le bison d'Europe ne survivait alors plus qu'en captivité. Il a été progressivement réintroduit dans la nature après la Seconde Guerre mondiale.

Le poids moyen du mâle est d'environ 700 kg (1 tonne au maximum), et la taille peut atteindre 1,80 m, voire 2 m, au garrot. La femelle est plus petite, avec un poids entre 350 et 600 kg. C'est le plus gros mammifère terrestre d'Europe.

L'animal peut vivre 15 à 20 ans, surtout en captivité où il n'a pas de prédateur. Dans la nature, le bison a surtout comme prédateur le loup (en dehors de l'homme).

Les accouplements se font à la fin de l'été et au début de l'automne. Après 9 mois de gestation, les petits naissent au printemps.

La nourriture de ce ruminant est surtout constituée d'herbe, avec quelques autres végétaux.

L'animal vit en petits troupeaux de trente têtes au maximum, dirigés par une femelle. Ces troupeaux ont tendance à se disperser l'été en petits groupes, et à se reformer à l'automne.
Les groupes de mâles sont plus petits, de l'ordre de 2 à 4 bêtes, en général.

Le bison vit essentiellement en forêt. À l'inverse, le bison américain, qui lui ressemble étonnamment, est un animal de plaine, à l'exception de la sous espèce Bison bison athabascae, ou bison des forêts.

Une espèce en péril.


Extermination :
Le Bison d'Europe disparut de la Gaule au VIIIe siècle, de Suisse au XIe siècle, d'Allemagne au XVIIe siècle, de Transylvanie (Roumanie) au XVIIe siècle et de Pologne, son ultime refuge, dans les années 20 du XXe siècle.

Ces disparitions sont largement dues à la chasse humaine, mais aussi à la régression de ses habitats, concurrencés par l'agriculture.

Gibier de rois, des mesures furent décidées assez tôt pour sa protection, mais sans succès. Il fut interdit de le tuer dans la Pologne du XVIe siècle. Des élevages furent entrepris et une tentative de réintroduction fut menée avec des bêtes d'élevage dans le Mecklenburg en 1689 et en Saxe en 1733, sans succès.


Sauvetage :

À la fin des années 1920, les seuls bisons d'Europe encore vivants (54, dont 29 mâles et 25 femelles) ne survivaient plus que dans les zoos. Il s'agissait alors essentiellement de la sous-espèce de plaine Bison bonasus bonasus. La sous-espèce des montagnes du Caucase (Bison bonasus caucasinus) a aujourd'hui disparu. Il n'en reste qu'une lignée mixte, mélange de Bison bonasus bonasus et de Bison bonasus caucasinus, que les généticiens maintiennent soigneusement séparée de la lignée pure des plaines (Bison bonasus bonasus).

Seuls 13 géniteurs sur les 54 survivants se sont finalement reproduits. La population actuelle de la sous-espèce des plaines (B. b. bonasus) est issue de 7 animaux seulement : 4 mâles et 3 femelles. C'est la principale population actuelle.

Une autre lignée a été formée à partir de 4 mâles et 7 femelles B. b. bonasus, et d'un mâle B. b. caucasicus.

Certains fondateurs sont à la fois présents dans l'ascendance de la première lignée et dans celle de la seconde. Tous les fondateurs de la souche B. b. bonasus sont originaires de la population qui vivait dans la forêt de Białowieża.

La population du XXIe siècle descend d'un très petit nombre d'animaux et la variabilité génétique est donc relativement faible, surtout dans la population "pure" de B. b. bonasus. Elle aurait même tendance à se réduire, du fait du phénomène dit de dérive génétique (à chaque génération, certains individus ne se reproduisent pas, ou ne transmettent pas une partie de leurs gènes, et certaines formes génétiques disparaissent donc). De fait, la comparaison entre les squelettes des animaux actuels et ceux des animaux des siècles précédents fait apparaître certaines anomalies dans la population moderne .

Société protectrice et European Bison Pedigree Book :
En août 1923, la Société internationale pour la protection du Bison d'Europe a été créée pour assurer la survie de l'animal. Seize pays étaient à l'époque représentés. La société disparut avec la Seconde Guerre mondiale, mais son travail fut continué .

Des zoos ont commencé à s'organiser pour échanger des reproducteurs, éviter la consanguinité et augmenter la population vivant en captivité. Un European Bison Pedigree Book (EBPB) ("livre des pedigrees du bison d'Europe") a été mis en place pour suivre les bisons et leur généalogie, afin de limiter la consanguinité et les croisements entre sous-espèces et entre espèces. En effet, avant la Seconde Guerre mondiale, il existait un certain nombre d'hybrides entre Bison bonasus bonasus et Bison bonasus caucasinus. Il existait aussi des hybrides de bisons d'Europe et de bisons américains car les 2 espèces, très proches, font des hybrides fertiles. Ces hybrides américains, risquant de faire disparaître la souche originelle des bisons d'Europe, furent en partie abattus en 1945.


Un groupe de bisons en captivité
Groupe de bisons en semi-libertéLe European Bison Pedigree Book fut l'instrument permettant :

de maintenir le bison d'Europe en tant qu'espèce séparée, en empêchant les hybrides européens X américain de se mixer avec les bisons d'Europe.
de maintenir une lignée Bison bonasus bonasus libre de toute influence de Bison bonasus caucasicus.
de reproduire les bisons en évitant une trop grande consanguinité.
Si l'EBPB était publié en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale, il l'est en Pologne depuis la fin de la guerre.


Réintroductions en milieu naturel et parcs animaliers :

À compter de 1952, les Polonais ont réalisé la première réintroduction du bison d'Europe (lignée B.b. bonasus) dans la grande forêt de Białowieża, dans l'Est de la Pologne. La réintroduction a été couronnée de succès, et d'autres réintroductions ont suivi dans l'Est de l'Europe. On trouve aujourd'hui des bisons sauvages en Pologne, Ukraine, Biélorussie (ou Bélarus), Russie, Lituanie. La majorité des troupeaux appartiennent à la sous-espèce Bison bonasus bonasus, mais quelques-uns appartiennent à la lignée mixte.

Il a également été créé deux troupeaux totalement sauvages d'hybrides de Bison bonasus X Bison bison (bison américain). Tous deux ont été réintroduits dans le Caucase (fédération de Russie), le premier en 1954 (1 300 individus en 1984, 550 en 1999), et le second entre 1959 et 1967 près de Nalchik (250 animaux en 1993, 18 en 2001). Les deux populations ont connu une bonne expansion, mais ont fortement baissé à compter des années 1990 à cause du braconnage. Ces deux groupes ne sont pas inclus dans les chiffres de la population de bison d'Europe, eu égard à leur hybridation. D'après Skipo en 1990, l'influence génétique du bison d'Amérique dans le premier groupe (le plus important) était de seulement 5,24 %. Les spécialistes qui s'occupent de la protection du bison d'Europe sont cependant généralement très hostiles à ces troupeaux, en lesquels ils voient un risque de disparition du bison d'Europe en tant qu'espèce à part entière. Il existe aussi des troupeaux d'hybrides vivant en semi-liberté et en captivité.

Depuis 1996, un Programme européen pour les espèces menacées (European Endangered Species Programme ou EEP) a été mis en place. Les EEP sont des programmes européens de reproduction en captivité d'un animal menacé. En 2000, 405 animaux de 62 centres (35 % de la population captive) participaient à ce programme.

En France, on trouve le bison d'Europe dans des zoos et des parcs animaliers. Il vit en semi-liberté sur 200 hectares, dans le parc animalier de Sainte Eulalie, en Margeride (Lozère),sur 350 hectares dans le parc de vision de Bel-Val dans les Ardennes et dans le parc animalier du Haut-Thorenc sur 400 hectares sur la commune de Thorenc-Andon (Alpes-Maritimes) .

L'édition 2002 du Livre des pedigrees du bison d'Europe indique qu'il y a 3 097 bisons d'Europe vivant dans le monde, dont environ 1 600 en liberté (non inclus les hybrides bison d'Europe X bison d'Amérique). Ce chiffre est sous-estimé, car tous les gestionnaires de troupeaux (que ceux-ci soient captifs ou libres) ne remontent pas leurs données dans l'EBPB. Ce chiffre ne comprend pas non plus les hybrides européens X américains.


Une espèce toujours menacée :
Un des principaux problèmes actuels est l'isolement des populations réintroduites : « Les troupeaux existants en liberté sont souvent isolés sur de petits territoires [...] Pour l'instant, une population viable à l'intérieur d'un territoire continu n'a pas encore été établie ». Des populations plus petites sont plus facilement menacées par les aléas tels que le climat, les maladies, les prédateurs ou le braconnage.

Ce premier problème est étroitement connecté à un second, la consanguinité. La population d'origine est très consanguine, et les troupeaux trop petits et trop dispersés favorisent encore la perte de diversité génétique. Certains problèmes osseux ou de fertilité apparaissent dans certains groupes.

Le braconnage a menacé certaines populations d'hybrides caucasiens, mais ce problème n'est pas considéré comme une menace majeure pour les populations de B. bonasus vivant actuellement dans la nature.


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le Bison.   Ven 25 Avr - 13:11

L'espèce Bison d'Amérique du Nord.

Le bison a été un animal caractéristique de l'Amérique du Nord et une idole de nombreuses cultures amérindiennes. Les Amérindiens des grandes plaines de l'Amérique du Nord avaient une économie largement basée sur le bison.

Les bisons d'Amérique du Nord étaient encore 50 à 70 millions avant l'arrivée des Européens en Amérique, vivant et migrant sur les plaines herbeuses d'Amérique du Nord, du Mexique au Canada.

Ils ont frisé l'extinction avec la conquête de l'Ouest, l'introduction des chevaux et la construction du chemin de fer (vers 1870-1880), où le massacre des bisons fut une entreprise économique à très grande échelle, mais aussi une stratégie pour affecter les Amérindiens. Buffalo Bill (William Frederick Cody) fut un des plus grands chasseurs de bisons.

L'animal est alors protégé, et sa population en 2005 est estimée à 200 à 300 000 bisons, vivant dans des zoos, des parcs animaliers, des élevages privés (pour la viande) et des réserves naturelles (aux É.-U. et au Canada). Ce dernier groupe, les seuls bisons vivant en liberté, est très minoritaire (quelques milliers). Le groupe le plus important est celui des bisons d'élevage, dont plusieurs dizaines de milliers sont abattus chaque année pour leur viande.

Le bison d'Amérique du Nord (Bison bison) est l'une des deux espèces de bison encore vivantes. Cette espèce est caractéristique des grandes prairies du Midwest en Amérique du Nord.

Le bison était un animal essentiel pour de nombreuses cultures amérindiennes. L'économie des Indiens des Grandes Plaines était largement basée sur la chasse de cet animal, qui vivait en immenses troupeaux itinérants. Avant l'arrivée des Européens en Amérique, on comptait encore 50 à 70 millions de bisons d'Amérique du Nord, vivant et migrant sur les plaines herbeuses du Mexique au Canada. Ces troupeaux ont été décimé à la fin du XIXe siècle au point de menacer la survie de l'espèce.

Il existe deux sous-espèces de Bison bison en Amérique du Nord : le bison des plaines (Bison bison bison) et le bison des bois (Bison bison athabascae). Ce dernier, qui a toujours été moins abondant, vit au Canada (environs 3 000 têtes dans les années 1990), et est majoritairement composé d'animaux vivant en liberté.

La sous-espèce des plaines n'est pas protégée par la CITES, tandis que la sous-espèce des forêts est classée en annexe II.

Certains scientifiques (Reynolds - 1982 [réf. souhaitée]) estiment qu'il n'y a pas lieu de différencier deux sous-espèces, tant elles se ressemblent.

Bison des plaines (Bison bison bison)
Bison des bois (Bison bison athabascae)
Sous-espèces éteintes
†Bison de l'Oregon (Bison bison oregonus)
†Bison de Pennsylvanie (Bison bison pennsylvanicus)

Morphologie :

longueur du corps : 2 à 3,5 m
longueur des cornes : latérales, 40 cm
hauteur au garrot : 1,5 à 2 m
poids adulte : 500-600 kg pour les femelles, 800-1100 kg pour les mâles.

Physiologie :

maturité sexuelle : 2 1/2
gestation : 9 mois
nombre de jeunes / portée : 1, très rarement 2 (la mère délaisse alors le plus faible, condamné...)
nombre de portées / an : 1, période de rut en juillet-août, mises-bas en avril-mai
longévité
libre :
captif : plus de 20 ans !

Régime alimentaire :
Le bison est un herbivore qui consomme diverses herbacées, dont le panic érigé, l'« Indiangrass » (Sorghastrum nutans), l'« Est Gamagrass » (Tripsacum dactyloides), la grande et petite « Bluestem » (respectivement Andropogon gerardii et Schizachyrium scoparium) et d'autres graminées de prairie ou de jeunes plants de végétaux ligneux.

Le bison et l'Homme :
La destruction du Bison d'Amérique du Nord


Les bisons ont failli être exterminés avec la conquête de l'Ouest et la construction du chemin de fer (vers 1870-1880). Un seul chasseur pouvait alors tuer plusieurs centaines de bisons par jour. L'un de ces chasseurs en aurait tué environ 20 000 à lui-seul et dans la décennie qui a suivi 1873, il y avait plusieurs centaines de ces chasseurs commerciaux, peut être plus d'un millier. Ces chasseurs travaillaient souvent en équipe de deux, suivis par de nombreux dépeceurs, convoyeurs et assistants payés pour recharger et entretenir les armes ou récupérer le plomb dans les cadavres, pour le refondre et en faire de nouvelles balles. Lors des meilleures chasses, ils devaient utiliser plusieurs fusils et parfois utiliser de l'eau ou les tremper dans la neige pour les refroidir plus vite.

À cette époque, le massacre des bisons fut une entreprise économique stratégiquement organisée et conduite à très grande échelle, pour trois grandes raisons :

des raisons commerciales ;
Le commerce des fourrures (manteaux, tapis, peaux décoratives, etc.) et des peaux (ceintures, robes, etc.) était très actif, plus que celui de la viande, souvent abandonnée sur le terrain. Une partie de la production était exportée vers l'Europe. À cette époque, une fourrure rapportait environ $3.00 à Dodge City, et une très belle fourrure "lourde" pelage d'hiver se vendait $50.00 dans une région et à une époque où un travailleur aurait été chanceux de gagner un dollar par jour.
On vendait aussi des amendements agricoles riches en calcium et oligo-éléments (phosphore, potassium, etc.) produits en brûlant des squelettes de bisons tués par les chasseurs et abandonnés dans la prairie.
des raisons de sécurité ;
Les bisons étaient abattus le long des voies ferrées parce qu'on craignait les collisions de bisons avec les locomotives et parce que des troupeaux importants de bisons pouvaient, en hiver, profiter des coupes rases faites dans les forêts pour faire passer les trains, risquant de bloquer certains trains des jours entiers.
des raisons politiques ;
Faire disparaître les bisons, c'était affamer les tribus amérindiennes qui gênaient l'expansion coloniale et agricole dans ces régions, et les priver des peaux, tendons, os, etc. qui leurs étaient vitaux.

Buffalo Bill (William Frederick Cody) fut un des plus chasseurs blancs les plus réputés de bisons.

Cette chasse effrénée à la fin du XIXe siècle, ajoutée aux épidémies de brucellose importée d'Europe, a failli mener à la disparition complète de cette espèce ; alors qu'aux débuts de la conquête de l'Ouest, on pouvait trouver des troupeaux de centaines de milliers de têtes (environ 50 millions), vers 1890-1900, il ne restait que 800 bisons environ. Alors que les grands troupeaux disparaissaient, des propositions visant à protéger les bisons ont été faites, entre autres par Cody, bien placé pour mesurer les impacts de la pression de chasse et de la surexploitation évidente de l'espèce (sans commune mesure avec la chasse que leur faisaient les indiens). Ces projets se sont heurtés à l'idée que faire disparaître le bison était un bon moyen de « pacifier » les indiens des plaines qui entraient régulièrement ,en guerre avec les États-Unis, et qui dépendaient totalement du bison pour leur mode de vie. Le général Philip Sheridan s'est ainsi opposé à une proposition tendant à interdire la chasse commerciale des bisons devant l'assemblée législative du Texas, et le président Grant a lui même opposé un veto à un projet semblable de loi fédérale visant à protéger le bison nord-américain de l'amenuisement de ses troupeaux, presque éteints en 1884.

La destruction des bisons a été combattue par un grand nombre d'indiens des plaines, mais sans succès. Ces derniers n'ont pas pris part à la chasse commerciale du bison.



Le sauvetage du bison :

À la fin du XIXe siècle, quelques femmes des classes moyennes se mobilisent contre le massacre des bisons : elles en appellent à une réaction pour sauver l'espèce, en publiant des articles et en interpellant les hommes politiques.
En 1905, « The American Bison Society » est créée, avec pour but de protéger les survivants, et d'en développer la population.

Il y a aujourd'hui 200 à 300 000 bisons, vivant dans des zoos, des parcs animaliers, des élevages privés (pour la viande) et des réserves naturelles (aux É.-U. et au Canada). Ce dernier groupe, les seuls bisons vivant en liberté, est très minoritaire (quelques milliers). Le groupe le plus important est celui des bisons d'élevage, dont plusieurs dizaines de milliers sont abattus chaque année pour leur viande.


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le Bison.   Ven 25 Avr - 13:12


_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Le Bison.   Dim 27 Avr - 22:38

on devrait faire fusionner les 2 topics sur le bison, ce serait plus simple, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophielagirafe
loup de platine
loup de platine


Féminin Nombre de messages : 870
Age : 41
Localisation : narbonne
Emploi/loisirs : mon fils mes animaux
Humeur : ne jamais faire aujourd'hui ce qu'on peut remettre a demain !!!
Date d'inscription : 13/03/2008

MessageSujet: Re: Le Bison.   Lun 28 Avr - 6:35

1 magnifique symbole de puissance 1 mais autant d'acharnement a l'exterminer me fait 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le Bison.   Lun 28 Avr - 9:15

Kali3018 a écrit:
on devrait faire fusionner les 2 topics sur le bison, ce serait plus simple, non ?

1 en fait les 2 étaient ensemble, mais la longueur ne passe pas ..........d'où la coupure Wink

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Kali
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 5640
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Le Bison.   Ven 9 Mai - 18:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boo
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 6852
Age : 50
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Les animaux, le forum
Humeur : Bonne !
Date d'inscription : 28/12/2007

MessageSujet: Re: Le Bison.   Sam 10 Mai - 14:58

1 il est trop beau !!!! 1

_________________

Tous les Animaux ont un comportement décent............hormis les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourlanimal.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bison.   Aujourd'hui à 16:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bison.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Y en a bon le bison!
» [Bubas bison] Scarabées de Corse 2
» Membracide Bison
» Réintroduction du bison
» Cicadelles Bison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animals :: Animaux sauvages :: Mammifères-
Sauter vers: